Flaubert

1991 mots 8 pages
Flaubert

l. LA TENTATION ROMANTIQUE. Le premier de ces «bonshommes», c'est l'admirateur de Hugo, l'héritier de René, grandi en plein romantisme et « ravagé » par la passion dès l'adolescence, s'abandonnant au délire de l'imagination avec « un infini besoin de sensations intenses ». A partir de 1849, la discipline réaliste va brider, mais non briser cette nature fougueuse: sa Correspondance en fait foi, FLAUBERT restera un cœur sensible et vibrant, plein de tendresse et d'enthousiasme. Si son réalisme lui impose de « peindre des bourgeois » dans Madame Bovary, l'Éducation sentimentale, Bouvard et Pécuchet, il s'offre la revanche de libérer son imagination en écrivant Salammbô, la Tentation de Saint Antoine, la Légende de Saint Julien, Hérodias. Et, même dans les œuvres «bourgeoises », c'est avec une secrète délectation qu'il évoque — fût-ce pour les railler — les élans et les rêves de ses personnages.

2. LA MÉTHODE SCIENTIFIQUE : LE RÉALISME. FLAUBERT a passé sa jeunesse dans un milieu médical où l'observation rigoureuse des phénomènes était de règle et où s'affirmait déjà la croyance au déterminisme physiologique. De là l'idée d'étendre à la psychologie la méthode des sciences biologiques, c'est-à-dire de multiplier les observations objectives afin de peindre les choses dans leur réalité et peut-être de s'élever jusqu'aux lois des phénomènes psychologiques. La documentation est donc devenue la condition parfois écrasante, de son labeur d'écrivain. Puisque ses romans s'inspirent, pour la plupart, d'événements réels — contemporains ou historiques —, il se livre à de vastes enquêtes : il recherche ce qu'étaient ses personnages, leur hérédité, leur conduite, les lieux où ils ont vécu, et il reste généralement aussi près de la réalité que son art de romancier le lui permet. Ce souci de l'exactitude documentaire était devenu pour FLAUBERT une hantise. Avant de décrire l'empoisonnement de Mme Bovary ou les effets de la faim sur les Mercenaires,

en relation

  • flaubert
    2948 mots | 12 pages
  • Flaubert
    327 mots | 2 pages
  • Flaubert
    258 mots | 2 pages
  • Flaubert
    921 mots | 4 pages
  • Flaubert
    310 mots | 2 pages
  • Flaubert
    1290 mots | 6 pages
  • Flaubert
    1397 mots | 6 pages
  • Flaubert
    3174 mots | 13 pages
  • Flaubert
    515 mots | 3 pages
  • Flaubert
    813 mots | 4 pages