Genette figure 2

3162 mots 13 pages
Gérard Genette. Figures II. Paris (Le Seuil) 1969, 297 pp. Morten Nøjgaard Avec cette nouvelle série d'essais brillants, Gérard Genette se réaffirme comme un des maîtres de la critique française actuelle. Son registre est large et varié, allant de la poésie baroque d'un Saint-Amant à la prose moderne d'un Proust en passant par une série de réflexions théoriques de haute volée. Actuellement, 3 grands courants se partagent le domaine de la critique littéraire en France : les études sémiologiques, qui s'inspirent des méthodes de la linguistique structurale, les études thématiques, inspirées à la fois par la psychanalyse littéraire d'un Charles Mauron et par la philosophie des éléments d'un Gaston Bachelard, et les études rhétoriques qui marquent un renouvellement de la stylistique d'un Charles Bally à partir d'une réflexion neuve suf les fonctions du discours littéraire. Il semble que dans ce volume Gérard Genette ait pris soin de ne pas prendre parti dans les querelles qui opposent ces 3 écoles, puisqu'il pratique, tour à tour, les méthodes qui leur sont propres. Ainsi les notes sur Stendhal s'insèrent très nettement dans les recherches sur la thématique profonde inscrite dans toute une œuvre; un long essai examine la sémiologie du langage proustien, tandis que l'important compte rendu du livre de Jean Cohen sur les structures du langage poétique relève clairement de la rhétorique. A part ce que de telles distinctions ont toujours d'un peu arbitraire, il ne fait pas de doute, à mon sens, que le vrai domaine de Gérard Genette est précisément ce qu'on pourrait appeler la « nouvelle rhétorique ». Dans des analyses stimulantes et solides, Gérard Genette apporte une contribution importante à la reconstitution de cette discipline si longtemps décriée. Il est significatif que Gérard Genette s'inspire fortement de la pensée mallarméenne et on pourrait mettre en exergue aux études vraiment positives du volume un mot de Mallarmé que Gérard Genette cite à plusieurs reprises et

en relation

  • La narratologie
    3115 mots | 13 pages
  • littérature
    8497 mots | 34 pages
  • Les maladies genetique
    9775 mots | 40 pages
  • Proust
    2682 mots | 11 pages
  • Dissertation sur l'autobiographie-sujet genet
    8409 mots | 34 pages
  • Proust la mémoire et le temps
    1838 mots | 8 pages
  • LITTERATURE ET POLITIQUE
    3522 mots | 15 pages
  • le roman feuilleton
    3302 mots | 14 pages
  • Jean genet
    4819 mots | 20 pages
  • Le tragiques dans les bonnes de genet
    4174 mots | 17 pages