Héroine

Pages: 7 (1748 mots) Publié le: 2 mai 2010
| | |
| | |

|[Dépistage de l’héroïne] |
||

L’opium, extrait du pavot indien Papaver somniferum, fut utilisé à des fins thérapeutiques notamment en tant qu’analgésique depuis l’Antiquité jusqu’au début du XXème siècle. L’alcaloïde à l’origine des propriétés de l’opium est la morphine et a été isolé par Sertürner en 1819.
L’héroïne oudiacétylmorphine est un opiacé semi-synthétique qui a été produit pour la première fois à partir de la morphine par acétylation en 1874 par le chimiste anglais C. R. Alder Wright. Cette substance extraordinaire était très utilisée à l’époque pour guérir les morphinomanes d’où son nom issu de l’allemand heroisch signifiant « héroïque ».
Elle est à nouveau synthétisée en 1898 par Heinrich Dreser,un chimiste allemand de l’entreprise pharmaceutique Bayer qui l’exploitera comme médicament pour différentes affections respiratoires dont la tuberculose. L’héroïne fut alors présentée comme une substance d’administration aisée grâce à l’invention de la seringue hypodermique par Charles-Gabriel Pravaz. Cela a permis de l’utiliser par voie parentérale. Elle était de plus connue comme étant dépourvuede propriété d’accoutumance.

Cette véritable révolution de la thérapeutique des affections douloureuses avec l’abandon de l’usage de la morphine au profit de celui de l’héroïne constitue par ailleurs le point de départ de la toxicomanie aux opiacés moderne. A l’époque rien n’indiquait que l’héroïne allait devenir l’un des fléaux du XXe siècle. Pourtant Morel Lavallée le soulignait bienen 1900 : « La morphine remplacée par l’héroïne; pas d’euphorie, plus de toxicomanes: traitement héroïque de la morphinomanie ».

Heinrich Dreser lui-même fut probablement abusé par le fait que la diacétylmorphine pouvait être utilisée à des doses bien moindres que la morphine. Pourtant, pendant une dizaine d’années environ, l’héroïne fut l’objet d’une campagne publicitaire sans précédent.Tandis qu'elle recevait l'acceptation répandue de la profession médicale, les médecins restaient ignorants quand à son potentiel de développer une dépendance. Très vite son usage thérapeutique suscite de nombreux cas de dépendance, ainsi, le nombre d’héroïnomanes fut estimé à environ 500 000 aux Etats-Unis dans les années 10. Après avoir figuré au Codex français à partir de 1898 commesimple sédatif, la diacétylmorphine fut inscrite au tableau des stupéfiants dès 1916 et son administration thérapeutique est interdite en France depuis 1962.

Son utilisation en tant que stupéfiant a atteint une proportion épidémique en grande partie à cause de sa disponibilité accrue. Lors de sa consommation, cette dernière est rapidement métabolisée par dé-acétylation en3,6-diacétylmorphine caractéristique de la prise d’héroïne que l’on retrouve dans les fluides biologiques. L'abus de drogue est un problème de santé publique majeur dans le monde d’où le besoin de développer une méthode simple et rapide afin de contrôler la consommation en opiacés dans des échantillons biologiques. Le développement des techniques immunochimiques a constitué un apport incontestable dans l’aide audiagnostic et au suivi des intoxications aiguës. Cependant, seule une analyse complémentaire par des méthodes chromatographiques couplées à la spectrométrie de masse (GC-MS, LC-MS-MS) permettent une identification précise.

Métabolisation de l’héroïne

1 Les différentes formes

L’héroïne est une substance de synthèse obtenue à partir de la morphine. Il s’agit d’une morphine...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • heroine
  • Héroïne
  • Héroine
  • Heroine
  • Antigone, héroïne ou anti-héroïne?
  • Exposé héroïne
  • Héroïnes tragiques
  • Corpus heroine

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !