hip hop

Pages: 18 (4438 mots) Publié le: 17 janvier 2015
Résumé
Le tableau ci-dessous ne prétend nullement dresser l’histoire officielle du hip-hop et encore moins rassembler tous les acteurs qui ont contribué de près ou de loin à son développement. Nous présentons ici quelques repères aidant à comprendre le hip-hop comme phénomène culturel total et art populaire. Paris et sa région sont ici privilégiées en tant que point naturel de jonction entreartistes nationaux et internationaux (comme New York pour les États-Unis), cela ne veut pas dire  que les autres régions n’ont pas été actives. C’est l’histoire de la première génération qui forgea le mouvement et nous nous arrêtons pour cette raison en 1995/96. L’histoire, elle, continue…

Plusieurs phases du développement du hip-hop en France se distinguent. Un découpage est toujoursarbitraire, nous le donnons à titre indicatif : découverte (1981/83), assimilation et formation (1983/85), effervescence créative (1985/88), production et développement de projet (1988/90), diffusion et visibilité grand public (1990/93), reconnaissance de l’institution et de l’industrie culturelle (1993/95), professionnalisation et économie culturelle (1995/97), massification et instrumentalisation sociale (1997 et plus).

Année
DJ, Rap, M.C.
Danse
Graff, tag
60’
Dans les années d’après-guerre, le rap est une manière de parler, qui rencontre la tradition du jive talk (distorsion linguistique), de la déclamation et du chant public, de la joute verbale « durty dozen » et « verbal contest » qui deviendra les « M.C. battle » du hip-hop.
Ce jeu d’appel-réponse prend une consistance esthétique etengagée quand il se pose dans les années 70 sur le break-beat. Le DJ qui permettra au rap de trouver son autonomie, la « CNN » des ghettos selon Chuk D de Public Enemy
West Side Story chorégraphiait la rivalité entre les deux bandes ennemies des Jets et des Sharks comme le up-rock ou la capoera codifient les esquives du combat. La danse populaire en prise directe avec la vie mime les joutes derue. En proposant un langage élaboré alternatif à la violence, elle crée une forme moderne du mouvement qui deviendra quelques années plus tard le breaking, danse au sol et l’electric Boogie - boogaloo, danse debout connue en France début 80 sous le terme réducteur de smurf.
L’immigration portoricaine et sud-américaine apporte à New York la tradition du mur peint (1920/30), forme artistiquenarrative descriptive telle que le muralisme mexicain qui se mixe avec la culture noire du ghetto. Jean-Michel Basqquiat et Keith Haring seront quant à eux influencés par la peinture européenne et la culture underground. Mais c’est la rencontre avec les tagueurs qui donnera au mouvement son souffle.
1967
Kool Herc émigre de Jamaïque, amenant à New York la tradition du toasting et des sound systèm. Ilinfluencera les D.J. du Bronx dont Bambaataa, et Grand Master Flash connu pour avoir développé la technique du scratching.
James Brown personnifie les pas de danse acrobatique que son hit, « Get on The Good Foot » rend célèbre. 
Un jeune homme habitant la 207 ème du Upper West Side de Manhattan écrit au feutre Julio 207 sur les façades.
1969
Le mode de diffusion de la musique et dumessage ensuite repris par tous (remixe, déclamation sur la musique, animation D.J.) trouve donc une de ses sources dans l’apport jamaïcain : Les disco-mobiles ou sound systems (discothèques ambulantes d'une technologie rudimentaire) où les D.J. (Disc-jockeys) intervenaient sur un fond musical recréé (dubbing) en répétant des slogans (talk over ou toasting), un phrasé annonciateur du rap.
Les danseursd’Harlem s’affrontent pacifiquement dans la 116e rue. Le style goddfoot (qui maintient le centre de gravité près du sol) est repris. Ce travail au sol ou Floor rock est l’ancêtre du break.
Taki183 rejoint Julio puis Junior161, Frank207, Kool223, Tracy168… partent de leur numéro de rue new-yorkaise pour taguer leur nom.
1971
Maître du spoken world, les Last Poets s’inscrivent dans l’inspiration...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Hip hop
  • Hip hop
  • Hip-hop
  • Hip hop
  • Hip-hop
  • Le hip hop
  • Le hip-hop
  • Le hip hop

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !