Histoire de l'art à l'époque moderne Temps modernes XVe - XVIIIe siècle de Claude Mignot et Daniel Rabreau (résumé)

37446 mots 150 pages
Coignet
Jules

Histoire de l'art à l'époque moderne
Temps modernes XVe - XVIIIe siècle de Claude Mignot et Daniel Rabreau

Temps Moderne 15ème, 18ème.
A l'aube des Temps moderne

Introduction : Le XVème siècle fût durant de longue années vu comme le siècle introduisant la Renaissance. Il sera évoqué le lien entre l'Europe du Nord et l'Italie permettant de montrer que l'architecture gothique n'est pas barbare face à cette architecture antique. Politiquement l'Europe est divisée entre l'Empire n'ayant qu'un faible pouvoir, la papauté qui vient de subir le grand Schisme, le royaume espagnole dans un processus de Reconquista. Le royaume Français quant à lui est très affaibli par la guerre de Cent ans et ce n'est qu'au moment des expéditions en Italie qu'il marque son retour sur la scène Européenne. C'est au XVème siècle que se développe l'état monarchique moderne par les royaumes d'Espagne et de France. D'un point de vu commercial les villes de la Flandre se développent considérablement et les cité-états italiennes deviennent les grandes places marchandes du Sud. Se développe par le retour de paix un foisonnement des échanges artistiques. La Renaissance elle tient en un retour à une grandeur passée dont Florence est le fer de lance. Ce renouveau artistique n'intervient pas seulement en Italie mais aussi dans la zone septentrionale de l'Europe. Alberti théorise cette rupture caractérisant l'art Florentin. Le retour à l'antique permet une modernisation architecturale. En Flandre la « Renaissance » ne touche que la peinture mais elle ne se raccroche pas à la statuaire antique. L'art flamand sera au début vanté puis critiqué par les Italiens car ne se rattachant pas à la culture antique.

I) La singularité florentine Florence est une ville très touchée durant la Peste Noire. Elle est une république oligarchique marchande et puise sa richesse dans la

en relation

  • Histoire de l’art et de l'archéologie
    42989 mots | 172 pages
  • L'ecole de contingence et des mesures quantitatif
    19657 mots | 79 pages