histoire des petites montres

1111 mots 5 pages
Petite histoire des montres

Chronologie succincte

De haut en bas : 1881 : première montre avec alarme de Patek Philippe , 1915 : l’une des premières montres-bracelets (Cartier Santos), 1969 : première montre à quartz (Seiko 35SQ)

Les premières montres ont été inventées vers la fin du XVème siècle (environ 1480). Il s’agissait à l’époque de montres de poche, une évolution des horloges dont le balancier est remplacé par un ressort. Il faut attendre le début du XXème siècle pour que les montres-bracelets voient le jour.
Jusque dans les années 20 les montres ont des mécanismes à remontage manuel : il est nécessaire de retendre le ressort manuellement tous les jours. Les montres automatiques vont changer cela en 1926 avec l’ajout à leur mécanisme d’un rotor retendant le ressort lors du mouvement du poignet.
Mais il faut attendre 1957 pour voir la première révolution des montres-bracelets : l’apparition des montres électriques, ne nécessitant ni remontage manuel, ni secousses pour fonctionner. Cette invention sera suivie en 1969 de la deuxième révolution : la création de la première montre à quartz (Seiko 35SQ).

Complications
Certaines montres mécaniques possèdent des complications. En voici quelques exemples :
Réserve de marche : indication du temps de marche avant de devoir remonter la montre.
Date : informations sur la date (jour, quantième, mois, année, année bissextile, …) Les quantièmes perpétuels séculaires ne nécessitent pas de réglages (mois de 28, 29, 30 ou 31 jours) durant plusieurs siècles.
Chronographe : sert à mesurer des temps courts, indépendamment de l’heure qu’il est. A ne pas confondre avec un chronomètre qui est une montre particulièrement précise.
Phase de lune : indique, comme son nom l’indique, la phase de lune.
Sonneries : certaines montres mécaniques peuvent émettre une sonnerie. Il s’agit soit de montres avec alarme, soit de montres dites à

en relation

  • Oliver Twist
    3223 mots | 13 pages
  • Oliver Twist
    3223 mots | 13 pages
  • Univers de philippe corentin
    949 mots | 4 pages
  • mémoire
    18105 mots | 73 pages
  • Dossier d'analyse du roman : "balzac et la petite tailleuse chinoise"
    4280 mots | 18 pages
  • Le k, de buzzati
    1925 mots | 8 pages
  • Pensée economique
    2768 mots | 12 pages
  • le petit prince est un texte argumentatif
    810 mots | 4 pages
  • Dali la persistence de la mémoire
    4559 mots | 19 pages
  • Géographie
    1222 mots | 5 pages