ingéniorat

Pages: 7 (1700 mots) Publié le: 6 septembre 2014
Nitrates

Les nitrates sont présents dans le sol et à l'état naturel, comme résidus de la vie des
végétaux, des animaux et des hommes. Les lisiers en comportent une forte concentration.
Les engrais en apportent sous la forme de produits de synthèse industriels.
Les nitrates sont extrêmement solubles ; ils pénètrent le sol et les eaux souterraines ou
se déversent dans les cours d'eau parruissellement. Ils constituent l'une des causes
majeures de la dégradation des eaux à long terme. En application de la directive nitrates
de 1991, la France a délimité des zones dites " vulnérables " où les concentrations dans
les eaux de nappe dépassaient 50 mg/l, ou 40 mg/l avec une forte augmentation,
tendant à l'eutrophisation des rivières. Notre pays s'est alors engagé à faire régresser ceszones. Malheureusement le résultat escompté n'est pas là, la dégradation des milieux n'a
cessé de s'accentuer. Aujourd'hui, les zones vulnérables représentent la moitié du
territoire national.

La norme française (50mg maximum par litre d'eau potable) a été fixée en fonction des
risques encourus par la population la plus vulnérable, les nourrissons et les femmes
enceintes. C'est le principede précaution maximale.

Les nitrates peuvent être dangereux par effet d'accumulation (certains produits
alimentaires peuvent également apporter des doses significatives de nitrates : carotte,
salade, saucisson,…). Transformés en nitrites par l'organisme, ils peuvent provoquer la
transformation de l'hémoglobine en " méthémoglobine ", et provoquer ainsi un mauvais
transfert de l'oxygène versles cellules (méthémoglobinémie). Cette pathologie concerne
essentiellement les nourrissons de moins de 6 mois. Aucun effet cancérigène n'a été
constaté, à ce jour, sur l'homme.

Mais d'où vient cette norme de 50 mg/l de NO3- ?

Tout simplement en 1945, un pédiatre américain a recensé des cas de
méthémoglobinémie due à l'utilisation des eaux de puits dans la préparation des biberons
denourrissons. Toutefois, il a limité de façon arbitraire son recensement aux cas
correspondants à des puits dont les eaux dépassaient, par litre d'eau, 10 mg d'azote
provenant des nitrates (soit 44 mg de nitrates/l).

Ainsi, il n'a pas tenu compte des cas de maladies s'étant déclarés en dessous de 44 mg
de nitrates par litres d'eau. D'autre part, il n'a pris en compte aucun facteur pouvant êtrela cause de la maladie, tel que la pollution bactérienne des eaux de puits. Cette étude a
ensuite été citée en référence dans d'autres publications scientifiques qui ne l'ont pas
replacée dans son contexte spécifique.

Finalement, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ont fixé une DJA* pour l'homme
de 3,65 mg de nitrates par kilo de poids corporel, soit pour un homme de 70 kg, 250mg/jour de nitrates. Sachant que la quantité moyenne journalière de nitrates ingérés

dans une alimentation de type occidental est de l'ordre de 175 mg, il " reste " 250 - 175
= 75 mg pour les nitrates en provenance de l'eau de boisson. En admettant une
consommation moyenne de 1,5 litres d'eau, la concentration maximale s'établirait à 75
mg/1,5l = 50 mg/l. " (source : la lettre de l'Unifa,octobre 2000).
L'origine de cette norme nous amène à nous poser deux questions :
- l'apport de 175 mg de nitrates provenant de l'alimentation est-il toujours d'actualité ;
avec les évolutions en terme de culture et de transformation, n'est-il pas plus important ?
(les nitrates sont des conservateurs alimentaires autorisés et largement utilisés).
- ce calcul est fait pour un homme de 70 kg, qu'enest-il des personnes ayant un poids
bien inférieur, dont les enfants ?
En Europe, la directive du 15 juin 1980 fixe à 50 mg NO3-/l la CMA* pour les eaux
destinées à la consommation humaine. Cette directive a été transcrite en droit français
par le décret du 3 janvier 1989, qui prend en compte cette norme, au-delà de laquelle
l'eau n'est plus, juridiquement, potable. Cette norme de 50 mg/l a...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !