Inpes

Pages: 13 (3060 mots) Publié le: 28 novembre 2012
ons uti Évo
r e c he r c es et de d t s d ’étu résulta
Résumé
Les nombreuses campagnes de préven­ tion faisant la promotion de styles de vie favorables à la santé reposent sur l’hypothèse que les individus attachent une grande importance à leur santé, s’en sentent responsables et sont prêts à s’impliquer pour améliorer leur santé future. Il subsiste néanmoins des ques­ tions sur la manièredont les campagnes de prévention (sur le tabac, l’alcool et la nutrition) sont perçues par les individus et sur l’impact de ces campagnes. Une enquête téléphonique nationale réa­ lisée en juin et juillet 2008 auprès d’un échantillon, constitué par une méthode aléatoire, de 2 000 personnes âgées de 18 à 75 ans permet d’apporter des élé­ ments de réponses. Un Français sur huit concentre l’ensemble desqualités qui ferait de lui un récep­ teur idéal aux campagnes de prévention. Ces dernières suscitent par ailleurs des attitudes contrastées : réceptivité, indif­ férence, hostilité, méfiance et angoisse. Les résultats suggèrent que la fiabilité perçue des campagnes apparaît très forte. Elle est une condition nécessaire mais pas suffisante à leur efficacité. L’étude montre aussi que l’aspectmoralisateur des cam­ pagnes n’est pas forcément un obstacle à cette efficacité, mais que l’angoisse n’est pas toujours un bon moyen d’inciter, notamment les fumeurs les plus dépen­ dants, à changer de comportement. Plus globalement, les dernières campagnes semblent avoir eu un impact très signifi­ catif sur les comportements, au moins à court terme. Elles ont été abondamment relayées, surtout par lespersonnes qui y sont les plus réceptives : suite à ces campagnes, beaucoup en ont parlé à des proches qu’ils jugeaient concernés. Reste à savoir dans quelle mesure un tel relais participe de leur efficacité.

N° 18 - Ju

illet 2009

he s e n

sa n t é p o ur l a t io n n é du c a io n e t e pré v en t

La prévention en question :
attitudes à l’égard de la santé, perceptions des messagespréventifs et impact des campagnes
Patrick Peretti-Watel[1,2], Valérie seror[1], Enguerrand du Roscoät[3], François Beck[3].
[1] institut national de la santé et de la recherche médicale (inserm) uMR 912 [2] observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d’Azur (oRs Paca) [3] inpes

inTRoDuCTion
Aujourd’hui, dans les pays développés, 40 % de la mortalité prématurée (c’est-à-diresurvenant avant 65 ans) seraient imputables aux conduites individuelles, au premier rang desquelles le tabagisme, la nutrition et le manque d’exercice [1]. L’enjeu que représente la prévention des « conduites à risque » est aussi illustré par une étude récente selon laquelle les personnes qui font de l’exercice physique, ont une consommation modérée d’alcool, ne fument pas et mangent suffisamment defruits et légumes peuvent espérer vivre quatorze ans de plus que celles qui n’ont adopté aucune de ces quatre « bonnes conduites » [2]. C’est pourquoi en France, comme dans les autres pays développés, de nombreuses campagnes de prévention sont menées pour promouvoir de meilleurs comportements de santé. L’efficacité de ces campagnes implique toutefois que les individus auxquels elles s’adressentsoient dotés de certaines « qualités ». En premier lieu, les messages préventifs supposent que nous accordons une grande importance à notre santé et que sa préservation constitue une priorité pour chacun. Ils supposent également que nous estimons que notre santé est entre nos mains et que ce sont donc avant tout nos comportements qui la déterminent. En outre, la prévention mise sur notre capacité ànous projeter dans l’avenir, à prendre des décisions et à faire des sacrifices aujourd’hui pour vivre mieux demain, et plus longtemps*. Dans quelle mesure le public possède-t-il ces « qualités » qui feraient de lui le « récepteur idéal » des messages préventifs ? Et comment les Français jugent-ils les campagnes qui se sont multipliées ces dernières années, en particulier contre le tabagisme, l’abus...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Inpes
  • Etude inpes hygiene buccodentaire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !