Laïcisation du droit

1536 mots 7 pages
1

QU’EST-CE QUE LA LAÏCITÉ ? Raymond TORAILLE

Qu’est-ce que la laïcité ? Des manifestations diverses amènent, en ce début du 21ème siècle, à se poser la question. Dans une société apparemment apaisée, la laïcité de l’école publique et de l’État républicain est acceptée par la majorité des citoyens. À la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle, un conflit violent a opposé l’Église catholique, religion dominante, aux partisans d’un État et d’une école laïques. Il s’agissait d’un enjeu de pouvoir pour une Église qui s’estimait fondée à énoncer des règles de vie et à imposer une morale. L’abrogation du Concordat et la loi de séparation de l’Église et de l’État en 1905 ont marqué une étape décisive dans la laïcisation de la vie publique en France. Une évolution qui ne s’est pas faite sans heurts ni sans conflits - lois de Vichy, lois d’aide à l’enseignement privé, tentative d’instituer un grand service unifié de l’éducation - a fait de la France un État qui se reconnaît laïque dans les diverses sphères de la vie sociale. Mais la laïcité est de nouveau mise en question. En particulier, la religion musulmane, comme en d’autres temps le catholicisme, prétend régenter toute la vie des individus. C’est aujourd’hui, nous semble-t-il, entre cette religion et une société qui reconnaît la pluralité des opinions et, dans une certaine mesure, des conduites, que se pose le problème. Au nom de la liberté religieuse et de la liberté de conscience, la laïcité de notre société est ainsi mise en cause. Aussi nous a-t-il paru opportun d’examiner à nouveau la question de son sens, de sa valeur et de son importance, dans une période de grande confusion mentale et spirituelle. La laïcité est à la fois un principe éthique et une règle de vie sociale. Elle affirme le respect des autres, en tant que personnes égales en dignité, en droits et en devoirs, dans l’acceptation positive de toutes les différences, qu’elles soient d’ordre sociologique, culturel, spirituel ou ethnique.

en relation

  • Laicisation du droit
    587 mots | 3 pages
  • Laicisation du droit
    8376 mots | 34 pages
  • Laicisation du droit
    3123 mots | 13 pages
  • La laïcisation du droit
    2503 mots | 11 pages
  • La laicisation du droit
    1154 mots | 5 pages
  • Laïcisation du droit
    340 mots | 2 pages
  • Laicisation du droit
    286 mots | 2 pages
  • Laïcisation du droit
    843 mots | 4 pages
  • Laicisation du droit
    472 mots | 2 pages
  • La laicisation du droit
    7107 mots | 29 pages