La bioéthique

951 mots 4 pages
Depuis des années, le progrès scientifique ne cesse d'évoluer et de nous surprendre. C'est le cas, au début du XXIème siècle avec les manipulations sur les embryons et le clonage. Pourtant, à lire les deux documents et en regardant les deux illustrations du dossier, on s'aperçoit que ces nouvelles maîtrises scientifique ne sont pas aux goûts de tout le monde. Ces techniques scientifique sont-elles bioéthique ? Pour analyser ce sujet de débat, nous allons, à l'aide des documents du dossier, définir les avantages et les risques, en premier lieu des manipulation sur l'embryon, puis ensuite, du clonage.

Selon le document 1, extrait d'un article du Monde datant du 27 juin 2000 de Noëlle Lenoir; présidente de groupe européens d'éthique de l'Union européenne et menbre du Conseil constitutionnel, la manipulation sur l'embryon consiste à déceler les gènes de celui-ci et peut-être même les modifier. Ce nouvel atout de la science permet d'identifier les gènes défectueux portant une maladie grave, se qui pourrait éviter à un être de vivre avec cette souffrance. A terme, la science pourra aussi guérir ces gènes et donc sauver des vies avant même qu'elles naissent. Si nous pouvons éviter toutes ces maladies grave qui obligent ces personnes à suivre des traitements lourds, cela sera aussi positif pour les comptes de la Sécurité sociale car ces traitements sont coûteux.
Nous pouvons donc penser que cette avancée serait un gros avantage pour l'Homme, qui pourra même dans plusieurs année, éliminer définitivement toutes ces maladies graves, mais la deuxième partie du document présente aussi tout les risques que cela peut apporter.

En effet, la science peut détecter ces maladies, mais pour l'instant, elle ne peut pas les guérir. Donc, une fois la maladie prouvée, le seul moyen de la détruire est de tuer entièrement l'embryon, et cela revient donc à tuer un petit être malgré tout. Cette pratique parait donc cruelle et horrible. Trier les embryons et éliminer les défectueux

en relation

  • Bioethique
    5433 mots | 22 pages
  • La bioéthique
    1097 mots | 5 pages
  • La bioéthique
    892 mots | 4 pages
  • La bioéthique
    595 mots | 3 pages
  • BioEthique
    513 mots | 3 pages
  • Bioéthique
    293 mots | 2 pages
  • La bioéthique
    686 mots | 3 pages
  • La bioéthique
    2299 mots | 10 pages
  • La bioéthique
    1549 mots | 7 pages
  • La bioéthique
    3567 mots | 15 pages