La condition feminine aux 16e et 18e

593 mots 3 pages
La condition féminine aux XVIe et XVIIIe siècles

Je pense qu’on ne peut pas vraiment parler de liberté féminine entre le XVI et le XVIIe siècle car les femmes n’avaient pas vraiment le choix de faire ce qu’elles voulaient. Il y a certainement eu quelques progrès mais dans l’intérêt de l’homme et non de la femme. L’éducation de la femme devait être sous le contrôle de l’homme. Au XVIe siècle, il est vrai que les humanistes ont commencé à se préoccuper de l’instruction des femmes issues des bonnes familles mais cette éducation devait être différente de celle des hommes et les connaissances étaient filtrées par le père ou le mari. Effectivement, elles n’avaient pas le choix d’étudier ce qu’elles souhaitaient.
Les hommes d’église se souciaient quant-à-eux des femmes des couches populaires dans le but de s’en servir comme allié religieux. De nouveau, l’éducation de la femme est faite pour servir les intérêts de l’homme et non pour leurs connaissances. En effet, son rôle était avant tout d’éduquer son enfant, de rendre son mari heureux, de régler les comptes et la maison, de coudre… Dans les milieux populaires, les maris ne voyaient pas l’intérêt pour les femmes d’étudier, elle devait seulement être soumise, faire des enfants, travailler dans la maison et au champ et trouver de quoi manger.
Au XVIIe siècle, il est acquis que les filles de bonnes familles ne peuvent plus être ignorantes, cependant jusqu’à un certain point. Il était mal vu que la femme fasse l’étalage de son érudition. Les hommes de l’époque s’imaginaient qu’une femme plus cultivée et spirituelle était dangereuse.
Après la fronde, sous le règne de Louis XIV, les femmes de la haute société ont commencé à faire une action civilisatrice, c'est-à-dire que dans le cadre de leurs salons appelés préciosités, elles établissaient des codes de conduites, des décors, des manières pour « fabriquer l’honnête homme ». Ces salons finissent par devenir des lieux de pédanteries que Molière a caricaturées dans

en relation

  • Histoire Des Femmes DROPBOX
    7358 mots | 30 pages
  • Histoire moderne
    9373 mots | 38 pages
  • Francais
    4718 mots | 19 pages
  • Commentaire La Colonie 1
    1673 mots | 7 pages
  • préciosité et féminisme
    3173 mots | 13 pages
  • Histoire du droit privé
    14713 mots | 59 pages
  • Histoire De La Langue Fran Aise
    17151 mots | 69 pages
  • Expose sorcellerie
    1620 mots | 7 pages
  • Histoire Culturelle
    4149 mots | 17 pages
  • Histoire Du Droit Public
    10458 mots | 42 pages