La cultute n'est pas un luxe, c'est une necessité

Pages: 6 (1473 mots) Publié le: 21 février 2013
« La culture n’est pas un luxe, c’est une nécessité »
de Gao Xingjan.

Gao Xingjan cite « La culture n’est pas un luxe, c’est une nécessité » dans son livre « La montagne de l’âme ». Celui-ci est un écrivain dramaturge chinois, ayant reçu un prix Nobel pour ce livre en 2000. Son œuvre est décrite comme étant « une œuvre de portée universelle, marquée d’une amère prise de conscience et d’uneingéniosité langagière, qui a ouvert des voies nouvelles à l’art du roman et du théâtre chinois » Ses œuvres et leurs caractères l’ont confronté souvent à la censure. C’est un roman se moquant des exigences du Parti Communiste Chinois. La culture peut avoir un double sens, un sens d’appartenance (à une société) et un sens de savoir (culture générale), quand est-ce que l’on peut parler de nécessitéet quand est-ce un luxe. Tout cela dépend du point de vue et de la façon perçue.
Ce qui différence l’homme de l’animal est justement sa culture, son savoir.
L’homme ne nait pas homme mais il apprend à le devenir. Sa culture (d’un point de vue d’appartenance, d’origine) jouera un rôle primordial, elle apportera les premières normes et ses premiers jugements. Chaque culture à traversle monde crée un modèle d’homme, celle-ci est donc indispensable pour permettre la diversité humaine. Nous avons besoin de relation avec nos semblables sans quoi nous ne pouvons pas développer notre élément humain.
C’est pourquoi la culture joue un rôle si primordial et est tant nécessaire, nous avons besoin de pouvoir nous identifiez à un milieu, d’appartenir à celui-ci et pouvoir lerevendiquer (exemple : chaque être-humain se caractérise comme appartenant à « un pays », possédant une origine, ce qui lui permet d’expliquer sa manière de parler, se comporter, d’être, son physique –bien sûr il existe certaines exceptions – et bien d’autres caractéristiques types de son origine).
Chaque société est en grande partie basée sur son patrimoine culturel (d’où découlenttous ces clichés). C’est pourquoi celle-ci est nécessaire, afin de permettre à l’individu de s’identifier à une certaine catégorie de personne et de savoir quelle autre partie de la population l’intéresse pour à la fois créé des liens avec ses semblables mais également s’en détacher, en prenant ce qu’il caractérise de positif dans une autre culture qu’il trouve négative dans la sienne (ou viceversa) voir prendre des deux et y trouver un juste milieu. Certains pays sont connus pour leur culture et religion très extrémistes. Certaines personnes vivant là-bas, en venant vivre dans un pays européens se détache en quelque sorte de leur pratique là-bas et deviennent moins extrémistes et plus laxistes. Bien sûr ceux-ci garde certaines de leurs convictions religieuses mais celle-ci s’atténue. Ily trouve donc un juste milieu entre les deux.
Chaque civilisation apporte sa propre culture.

La connaissance (culturelle) ne serait, en partie, pas possible sans ses différentes civilisations possédant chacune sa propre culture et son propre savoir, ce qui nous permet, en découvrant celle-ci, d’élargir notre savoir et notre culture « intellectuelle ». La culture intellectuelle neserait, en grand partie, impossible sans cultures (« civiles »).
Au niveau de la culture, dite culture générale, les avis sur la nécessité de celle-ci sont partagés. Une grande majorité des jeunes trouvent celle-ci encore peu nécessaire tandis que les adultes la trouvent indispensable. Pour certains celle-ci permet de briller en société et d’autre de vivre dans une société, c’est pourquoicertain la caractérise de luxueuse et d’autre d’indispensable.
Pour ceux qui qualifie la culture comme un moyen de briller en société, celle-ci est donc luxueuse car elle leur évite de paraitre aux yeux des autres pour des ignares et plus une personne en sait plus elle est à l’aise (être à l’aise est un luxe selon ceux-ci). (Bien sûr cette phrase peut paraitre vraie pour certains et totalement fausse...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Ce n'est pas avec des idées qu'on fait des vers, c'est avec des mots
  • « Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou. »
  • Dissertation
  • «Le théâtre n'est pas le pays du réel c'est le pays du vrai»
  • Ce n’est pas la technique qui est mauvaise, c’est l’usage que l’on en fait.
  • « Etre méchant, ce n’est pas seulement faire le mal, c’est aussi le vouloir. et ce n’est pas seulement le vouloir, c’est le...
  • Le danger, ce n’est pas ce que l’on ignore ; c’est ce que l’on tient pour certain et qui ne l’est pas
  • Ce n'est point avec des idées que l'on fait des vers... c'est avec des mots

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !