La décentralisation

Pages: 17 (4012 mots) Publié le: 29 mai 2010
Dans l'approche traditionnelle de la conservation de la diversité biologique, les communautés locales et leurs activités économiques étaient considérées comme une menace pour le bon fonctionnement des écosystèmes naturels et devaient être exclues des zones protégées. Toutefois on s'est rendu compte que les coûts sociaux des projets de conservation qui les excluaient étaient parfois élevés, et queleur taux de succès était décevant, même au plan biologique. L'approche classique a donc été remplacée par des projets intégrés de développement et de conservation ayant pour objet de «renforcer la conservation de la diversité biologique par des approches axées sur les besoins, les possibilités et les contraintes des populations locales» (Wells et Brandon, 1993), prévoyant leur participationactive.

Le taux de succès des projets intégrés de développement et de conservation est lui aussi décourageant. Toutefois la décentralisation et le transfert des responsabilités de gestion sont encore si unanimement considérés comme la seule solution pour préserver les écosystèmes, que toute tentative de les remettre en cause est taxée d'hérésie.

Le présent article récuse la logique actuelle enexaminant plusieurs des hypothèses directrices sur lesquelles se fondent la décentralisation et les approches participatives de la conservation de la diversité biologique et de la gestion des forets.

L'article porte essentiellement sur les communautés vivant à l'intérieur ou à la lisière des forêts et à leurs stratégies de subsistance dans les forêts tropicales. Les décideurs, le secteurprivé et les autres parties prenantes, qui ont souvent un impact plus grand sur les ressources et la diversité biologique des forêts (notamment à travers l'exploitation industrielle, la reconversion à grande échelle des forêts, la construction de routes et l'exploitation minière), sont exclus de l'analyse pour deux raisons: premièrement, il est plus facile de réglementer leurs activités - même si lagénéralisation des activités forestières illicites et la reconversion massive des forêts au profit de l'agriculture dans quelques pays, semblent indiquer le contraire - et, deuxièmement, leur survie ne dépend pas des forêts naturelles, ce qui signifie qu'ils peuvent s'ajuster plus facilement à une nouvelle situation ou aux restrictions imposées.

APPROCHE CLASSIQUE ET APPROCHE PARTICIPATIVE

Lasauvegarde des écosystèmes naturels est une question dont s'occupent depuis longtemps les institutions qui s'intéressent à la diversité biologique. Des échantillons représentatifs d'écorégions ont été retirés de la production et sévèrement protégés. Cette vision «nordique» d'une nature vierge a imprégné les orientations et les politiques mondiales pendant des décennies. L'approche conventionnellede la conservation de la diversité biologique exige (adapté de Biot et al., 1995):

· que l'on reconnaisse la gravité de la perte de diversité biologique, indiquant par là que des mesures de conservation sont nécessaires de toute urgence;
· que l'on élabore des projets où la coopération des communautés locales est recherchée (sauf si leur exclusion est une option);

· que l'on mette àexécution les plans moyennant une combinaison d'encouragements, de persuasion et de menaces subtiles, et parfois d'un renforcement des pouvoirs de répression.

Les populations locales sont considérées comme «population cible» ou «bénéficiaires» et sont souvent exclues des zones jugées importantes pour la conservation de la diversité biologique. Dans une optique conventionnelle, la diversitébiologique est considérée comme étant optimale dans les espaces naturels intacts. Le gouvernement national est censé être le gardien de la diversité biologique et il a la souveraineté et le contrôle nominal des zones devant être soumises à des mesures de conservation (Panayotou et Glover, 1994). En réalité, le contrôle réel est entre les mains de chacun des multiples utilisateurs des forêts (ou...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La décentralisation
  • Décentralisation
  • La decentralisation
  • La décentralisation
  • Décentralisation
  • decentralisation
  • Décentralisation
  • Decentralisation

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !