LA EpitreDedicatoire

1552 mots 7 pages
Epître dédicatoire aux Réflexions sur l´esclavage des nègres – Condorcet, 1781

Condorcet est un philosophe des Lumières qui consacra sa vie au combat pour les droits de l´homme. Dans cette lettre qui sert d´ouverture à son essai Réflexions sur l´esclavage des nègres, il s’adresse aux esclaves et donne le cadre de sa réflexion. Condorcet y défend et illustre une certaine valeur de l´Homme. Après avoir étudié la valeur de l´Homme qu´il y défend, nous étudierons comment Condorcet utilise à la fois un plaidoyer et un réquisitoire pour créer un texte polémique.
1- Une certaine valeur/idée de l’Homme
Cette lettre dédicacée aux noirs esclaves sert de préface à ses Réflexions sur les Nègres, et Condorcet y affiche clairement son engagement en faveur de l’égalité entre tous les hommes, donc en faveur d’une certaine idée de la valeur de l’Homme.

a- Cette lettre commence par l’expression de sa thèse : en vertu du droit naturel, les Noirs sont égaux aux Blancs : « la nature vous a formés pour avoir le même esprit, la même raison, les mêmes vertus que les Blancs ». La répétition de « même » et le rythme ternaire permettent d’insister sur la ressemblance entre les 2 races en en récapitulant tous les aspects (aspect mental, intellectuel, moral). b- Condorcet oppose les vertus des esclaves à l’absence de vertus chez les esclavagistes. En effet, il choisit dès le départ de faire une énumération des qualités morales des premiers avec les termes « fidélité, probité, courage » qui sont tous les trois connotés très positivement. Par contre, « la bonté » des droits des maîtres, et leur « conscience de leur humanité » sont des antiphrases ironiques : ces derniers sont des « tyrans » et se caractérisent par « l’injustice », la corruption (ils soudoient des avocats), les abus (ils « ont le droit de vous insulter ») et la malhonnêteté à tous les niveaux : dans l’exploitation des esclaves, car ils « se sont enrichis aux dépens de vos travaux », mais aussi dans l’utilisation des outils

en relation

  • Le mariage de figaro
    35676 mots | 143 pages