La féodalité est elle anarchy?

2078 mots 9 pages
Histoire du droit et des institutions politiques

Dissertation :

La féodalité est-elle anarchie ?

« Ces guerres de provinces à provinces et de clocher à clocher étaient une des désolations de l’anarchie féodale» Jacques Bainville, cette phrase montre que les termes du sujet qui sont à première vue contradictoire peuvent être liés.

En premier lieu l’anarchie est généralement évoquée de manière péjorative, c’est une société marquée par l'inexistence de tout principe premier, d'unicité et de commandement, l’anarchie revendique l'absence de hiérarchie entre les hommes qui ne doivent se trouver sous la domination d'aucun autre. Ainsi l’anarchie est considérée comme le « désordre sociale ». Au contraire, la féodalité est une forme d’organisation de la société marquée par le lien vassalique qui à l’époque des Carolingiens est le moyen de tisser un lien de fidélité avec les puissants. La féodalité s’oppose donc à l’anarchie car le lien de vassalité soumet un homme à un autre.

A l’époque l’empire étant immense, le Roi se retrouve dans l’obligation de déléguer ses pouvoirs à des responsables dans le domaine administrative tout en s’assurant de leurs fidélités par le lien de vassalité. Ce lien qui consiste à ce que le vassal prête serment au seigneur, par ce lien la vassal doit fidélité au roi en échange d'un don, le fief, et d'une protection. Mais avec l'affaiblissement de l'autorité royale, les attaques multiples aux frontières, les délégués du pouvoir prennent de l'indépendance et de l'importance face au Roi .Certains vassaux deviennent même plus riche que le Roi, comme par exemple le Duc de Normandie. Par ce fait, le roi n'est plus capable de faire régner l'ordre dans l'ensemble de son territoire. Ainsi, l’autorité publique ne pouvant plus assurer son rôle, les liens du roi avec ses sujets se retrouve cassés, ce qui pousse le royaume vers une certaine forme

en relation

  • Analyse économique du droit mackaay
    89593 mots | 359 pages
  • Science Po
    36104 mots | 145 pages
  • Introduction à la science sociale
    154123 mots | 617 pages