La Fete

Pages: 15 (4505 mots) Publié le: 25 mars 2015
À première vue, le terme de monologue intérieur appliqué à ce texte peut surprendre, non seulement parce que dans une première impression globale le passage semble être le contraire de ce que ce terme signifie aujourd’hui – une technique très précise et très moderne – mais, à y regarder de plus près, sa forme grammaticale met en valeur la présence de l’auteur.
Quant aux aspects formels, lepassage se compose de deux parties inégales. La première va jusqu’à la phrase : « Elle trouva qu’il était presque impossible qu’elle pût être contente de sa passion. » La deuxième comprend le reste. La première partie est composée au style direct avec toutes les marques grammaticales de ce type de discours : la suite des propositions est subordonnée à des verbes de pensée (Quand elle pensait ; Quandelle pensait encore, etc.), l’énoncé est introduit par des « que », parfois avec une monotonie peu habituelle (il y a une fois dix complétives de suite) ; dans les subordonnées, on a les transpositions nécessaires des temps, des degrés personnels et adverbes déictiques – surtout de temps (le soir ; alors ; le jour précédent, etc.). Pourtant, appliquer le terme de monologue intérieur correspond àune réalité que les contemporains ont très bien senti. « Il n’y a rien de plus beau que toutes ces réflexions, et il faut avouer que l’Auteur est admirable, lors qu’il entreprend de faire voir ce qui se passe dans nostre cœur … » – dit Valincourt dans sa critique5 . Mais, cette sensation d’introspection admirable dont parle le critique est quelque chose de repérable au niveau textuel. Il y a d’abordla masse des propositions subordonnées : les 14 propositions principales qui marquent, certes, la présence de l’auteur se trouvent quasi submergées par les 47 subordonnées où dominent les mouvements de la conscience de l’héroïne. Mais il y a plus. Si l’on examine la structure temporelle de cette première partie, un des plans – qui correspond grosso modo aux propositions principales – se trouverattaché aux événements c’est-à-dire, selon la terminologie de G. Genette, qu’il relève du discours narrativisé (elle revint comme d’un songe ; elle regarda avec étonnement, etc.). Derrière, ou plutôt au-dessous de ce plan se situe une suite de propositions – une longue rétrospection – où l’on doit distinguer pas moins d’une dizaine de plans temporels allant des heures qui suivent la joyeuseréécriture de la 5 Cité par M-J. Durry, p. 87. 67 Revue d’Études Françaises ¾ No 6 (2001) lettre du vidame de Chartres en compagnie de M. de Nemours jusqu’aux moments où, après l’accident de celui-ci, la princesse « lui avait donné des marques de sensibilité que la seule compassion pouvait avoir fait naître ». Par la superposition de ces plans temporels, le centre de gravité du discours se déplacegraduellement de plus en plus vers le bas pour devenir une véritable plongée verticale dans la conscience. Et en accord avec tout cela, aux niveaux des microstructures stylistiques, les deux phrases suivantes (commençant par « Quand elle pensait… ») peuvent être considérées comme des hyperbates : les subordonnées – correspondant à la scène des événements de la conscience – se trouvent antéposées à laprincipale qui se trouve ainsi reculée et par cela repoussée à l’arrière-plan. Pour le regard avisé, il ne peut pas passer inaperçu qu’il y a encore un moment intéressant dans cette première partie du texte. Vu que l’un des traits essentiels du discours indirect est qu’il fait disparaître par l’acte de reprise de l’énonciation d’autrui les marques personnelles de l’énonciation citée (intonations,accents subjectifs, etc.), ici, par les pronoms interrogatifs en fonction exclamative (« quelle calme et quelle douceur »), c’est la voix de la princesse qui se fait entendre. On a donc affaire au discours indirect libre. À part ces facteurs grammaticaux et énonciatifs, l’homogénéité du discours se trouve minée aussi par l’inégalité nettement perceptible des phrases : l’alternance des phrases...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La fete
  • la fête
  • Fete
  • fete
  • Fete
  • Fete
  • La fete
  • Fete

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !