La folie du president schreber

Pages: 8 (1879 mots) Publié le: 6 novembre 2012
Comprendre les psychoses : Schreber 3/3

LA FOLIE DU PRESIDENT SCHREBER
1re partie - les principes sous-jacents au délire 2me partie - troubles de la pensée et hallucinations 3me partie - les moyens d'y faire face

Chapitres :
la répétition l'homophonie la soliloquie le hurlement

http://jean.morenon.fr

Page 1 / 6

Une conversion métonymique : la répétition...
Si un patient peut sesoustraire aux propos de l'entourage, la faculté ne lui en est pas laissée vis à vis des productions de sa propre pensée. Il est donc intéressant de savoir comment, fin observateur de lui-même, D.-P. Schreber nous dit être parvenu à "accoutumer" ses nerfs et à supporter ce "jeu continu de la pensée". Il nous apprend que "par voie de répétition pure et simple" il a opéré "sur les mots et lesmembres de phrases parlées une conversion qui les réduise aux catégories du "penser-à-rien", en sorte qu'ils puissent escamoter la stimulation qui, de par sa nature même, force à prolonger la pensée". Cette phrase est très remarquable parce qu'elle présente la "répétition pure et simple" comme moyen de restituer le penser à rien, donc de suspendre le jeu forcé de la pensée. Or la répétition, opère uneconversion métonymique. Elle a justement le pouvoir, à ce titre, de réduire la confusion des ordres et cela confirme la problématique sous-jacente du conflit contigu/similaire. Ceci appelle une précision. La répétition n'est pas un simple dédoublement comparable à une gémellisation. Elle est une authentique conversion métonymique comme peut en produire la répétition d'un motif dans un graphisme,un refrain, une poésie ou dans les arts plastiques. Une image humaine, par exemple, est une métaphore de l'homme ; en architecture, répétée comme motif décoratif, elle cesse de valoir pour ce qu'elle représente et devient la partie d'un tout différent d'ellemême, partie d'une frise, par exemple. Sa finalité est détournée et n'a plus de rapport direct avec la représentation humaine ; il y aannulation du pouvoir de la métaphore au profit d'une métonymie. Ainsi l'auteur, dans l'obligation permanente de penser ses sensations peut-il, sinon se défaire de l'image acoustique, du moins empêcher qu'elle n'affecte sa conscience. Ici encore il semble que les sciences du langage aient à tirer profit d'une meilleure connaissance du processus hallucinatoire : par la répétition, l'image acoustique estréduite "aux catégories du penser à rien", ce qui veut dire qu'elle n'est plus productrice de sens. La parole, dont la qualité métaphorique est suspendue par cette conversion, n'est pas abolie mais se voit détournée de sa fonction naturelle de communication interpersonnelle. ... ou

l'homophonie

L'énoncé simultané que le patient utilise avec les oiseaux parleurs est un procédé comparable. Cesoiseaux, qui sont à l'origine des voix "extérieures", sont, nous dit Schreber, sensibles au phénomène de l'homophonie. L'auteur explique qu'il suffit de rendre "un son identique ou voisin du son des mots qu'ils ont à réciter" pour qu'ils oublient leur phrase. Mais il ajoute cette notion très importante qu'ils sont
http://jean.morenon.fr Page 2 / 6

"restitués à leurs propres sentiments", c'est àdire à leur propre contexte qui n'a pas vocation de communiquer avec le patient. Le processus, par le moyen utilisé et par l'effet produit, n'est donc pas sans rappeler la répétition qui permet à l'auteur de réduire l'effet des voix intérieures et les rendre indifférentes. Sans entrer dans le détail, parce que l'auteur ne le fait pas, nous pouvons relever aussi comme une forme de dédoublement laquestion posée sans relâche de savoir si le patient ne parlait pas une langue étrangère. Est-il utile de rappeler ici qu'il n'existe pratiquement aucun peuple qui d'une manière ou d'une autre ne disposerait que d'une seule langue, le bilinguisme étant un procédé de choix pour accéder à l'abstraction et se soustraire à la prégnance du lexique. L'auteur a découvert divers stratagèmes pour...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • President schreber
  • Président schreber
  • Articulation clinique "la perte de la réalité" 1924 et "le président schreber"
  • La folie
  • La folie
  • La folie
  • La folie
  • Folie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !