La francofonie

6312 mots 26 pages
Thème : La Francophonie

Chapitre : I : Un peu d’histoire : de 1970 à 2005, de l’ACCT à l’OIF.

La Francophonie doit tenir compte des mutations historiques et des grandes évolutions politiques, économiques, technologiques et culturelles qui marquent le XXIe siècle pour affirmer sa présence et son utilité dans un monde respectueux de la diversité culturelle et linguistique, dans lequel la langue française et les valeurs universelles se développent et contribuent à une action multilatérale originale et à la formation d’une communauté internationale solidaire.
Dans son discours devant ses pairs lors du sommet de la Francophonie au Congo, le président Paul Biya déclare : « Je crois, de rappeler que le continent africain est le berceau de la francophonie. C’est en effet en Afrique que la francophonie - terme employé pour la première fois par le Français Onésime Reclus pour désigner les espaces géographiques où la langue française était parlée »
Sous l’impulsion de trois chefs d’État africains, Léopold Sédar Senghor du Sénégal, Habib Bourguiba de Tunisie et Hamani Diori du Niger, mais aussi du Prince Norodom Sihanouk du Cambodge, les représentants de 21 États et gouvernements ont signé à Niamey, le 20 mars1970, la convention portant création de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT).
Nouvelle organisation intergouvernementale fondée sur le partage d’une langue commune, le français, elle est chargée de promouvoir et de diffuser les cultures de ses membres et d’intensifier la coopération culturelle et technique entre eux. La Convention de Niamey assigne à l’ACCT le devoir d’être l’expression d’une nouvelle solidarité et un facteur suplémentaire de rapprochement des peuples par le dialogue permanent des civilisations.
Le projet francophone a considérablement évolué depuis la création de l’ACCT en 1970. Afin de donner à la Francophonie sa pleine dimension politique, les chefs d’État et de gouvernement, comme ils en avaient décidé à Cotonou en 1995, ont élu un

en relation

  • Tesina alliance française
    3432 mots | 14 pages
  • Stephan agopian poesies
    12407 mots | 50 pages
  • Emile zola
    25422 mots | 102 pages
  • La communication
    73975 mots | 296 pages