La grande désillusion de j. stiglitz

Pages: 8 (1932 mots) Publié le: 12 avril 2012
Résumé

Avant toute chose il est préférable de parler un peu de l’auteur et de l’expérience professionnelle qu’il a acquise grâce aux différents postes qui l’a pu occuper. Joseph Eugene Stiglitz est un économiste capitaliste américain né en 1943. Il a été professeur dans plusieurs écoles (Stanford, Oxford…) et a passé quelque temps à l’Institut d’études du développement de l’Université deNairobi au Kenya (pays auquel il s’est appuyé dans une partie de son livre afin de nous donner quelque exemple sur la façon dont fonctionne le FMI). Après ça, il est nommé au Council Of Economic Advisors en 1995 pour devenir, par la suite, l’un des conseillé de Bill Clinton, c’est en 1997 qu’il deviendra vice-président à la Banque mondiale jusque 2000 et en 2001 il a reçu le prix Nobel d’économie. Ilse dit néo-keynésien et s’intéresse plus particulièrement aux inégalités (causes et les conséquences), à la persistance du chômage, aux crises financières et aux problèmes de la mondialisation qui pour lui, est l’une des sources de tous ces problèmes.
Dans son livre publié en 2002, Stiglitz s’attaque aux grandes institutions et plus particulièrement aux FMI (avec les limites du Consensus deWashington) et à la Banque mondiale, mais il critique aussi les politiques imposaient par les Etats Unis envers les pays du Sud et les solutions qu’ils adoptent pour résoudre les problèmes de la pauvreté. Ce livre a l’avantage de nous permettre d’analyser plus clairement le fonctionnement de ces grandes institutions, car jusqu’ici nous n’avons pas pu, ou très peu, « entrer au cœur » de celles-ci.Tout au long de son livre, Stiglitz va essayer de répondre à la question « pourquoi la mondialisation, cette dynamique qui a fait tant de bien, est-elle maintenant controversée ? » (Stiglitz ne se présente pas comme un antimondialiste ou autre mais il critique simplement les institutions comme le FMI et la Banque mondiale et leur mauvaise prise en charge de la mondialisation).
Il affirme que leFMI et la Banque mondiale « sont toutes deux animées par la volonté collective du G7, c’est-à-dire les gouvernements des sept pays industriels avancés les plus importants, et en particulier de leurs ministres des Finances et secrétaires au Trésor », en effet on constate, d’après les exemples du livre, que les conditions imposées par le FMI allaient très rarement dans le sens des demandeurs. Bienentendu, avant d’aller plus loin, il faut dire que Stiglitz tient en comptes les avantages que la mondialisation a pu avoir sur certains (« diminution du sentiment d’isolement pour les pays pauvres, accès aux savoirs, diminution des victimes dans les mines, lutte contre les maladies … »). Pour montrer les effets négatifs que peut entrainer le FMI, Stiglitz va prendre l’exemple de la crise asiatiqueet du changement (transition) russe. Pour lui les politiques et les choix que préconise le FMI ont souvent été l’une des causes des problèmes dans le sens où leurs interventions peuvent aggraver une situation déjà difficile ou même la créer.
En plus de présenter les causes il va analyser les conséquences que ses décisions auront au niveau social. Selon lui le FMI, qui était à la base fondé surdes théories keynésiennes, a bien changé, « aujourd’hui le FMI n’est plus un « financier de déficit » pour maintenir le plein emploi. Il est aujourd’hui rallié à la position prékeynésienne ».
Il y aurait un gros manque de « laisser parler », les pays demandant de l’aide n’arrivent pas à se faire écouter par les dirigeants (que Stiglitz appelle « les fanatiques du marché ») qui choisissent lessolutions sans connaitre parfaitement le pays et son économie (« on ne peut apprendre à connaître et à aimer un pays sans parcourir ses campagnes »). Les questions macroéconomiques dépassent souvent le niveau intellectuel des économistes au sein de cette institution. Il dit même que certains parlent de « nouvelles formes coloniales ».
L’ouverture trop rapide des frontières et la libre circulation...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Économie joseph stiglitz, « la grande désillusion »
  • La grande désillusion, les solutions apportées par stiglitz
  • La grande désillusion
  • La grande désillusion
  • La grande désillusion
  • La grande désillusion
  • Joseph e.stiglitz
  • Stiglitz

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !