La liberté

Pages: 19 (4654 mots) Publié le: 10 septembre 2013
www.comptoirlitteraire.com

André Durand présente

‘’Harmonie du soir’’

poème de BAUDELAIRE

dans

‘’Les fleurs du mal’’
(1857)

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans I'air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre, quihait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !

Commentaire

Ce qui singularise le poème à la plus superficielle des lectures est sa forme. Il n’y a cependant rien de particulier à l’utilisation par Baudelaire des alexandrins et des quatrains, de deux seulesrimes (il le fit aussi dans ‘’Le goût du néant’’), de la répétition de vers entiers (il le fit aussi dans ‘’Lesbos’’, ‘’Moesta et errabunda’’, ‘’L’irréparable’’, ‘’Réversibilité’’, et ‘’Le balcon’’ où le dernier vers de chaque strophe est identique au premier). La répétition est plus complexe ici.
En fait, Baudelaire poussa son goût de la forme fixe jusqu’à la gageure d’un pantoum français, un poèmedérivé du «pantun berkait» malais ou «pantoun enchaîné», qui porte ce nom à cause du mécanisme de reprise des vers, qui est soumis à des règles de composition assez strictes. En Extrême Orient, il est largement utilisé pour les devinettes, les poèmes comiques, les improvisations et les poèmes d’amour.
En 1821, Adelbert von Chamisso, qui avait une connaissance directe du pantoum malais, et portaune attention particulière à son mètre, écrivit trois pantoums en allemand intitulés ‘’In malaiischer Form’’.
En 1828, Victor Hugo donna en France le premier exemple de pantoum dans la note XI des ‘’Orientales’’. Il y écrivit : «Nous terminons ces extraits par un pantoum ou chant malai [sic], d'une délicieuse originalité». Et il citait un texte traduit en prose par un jeune orientaliste, dont sedégageait une séduction singulière, due non seulement à la répétition des vers selon un certain ordre, mais au parallélisme de deux idées se poursuivant de strophe en strophe, sans jamais se confondre, ni pourtant se séparer non plus, en vertu d'affinité mystérieuses. Il termina sa note par ces mots : «Nous n'avons point cherché à mettre d'ordre dans ces citations. C'est une poignée de pierresprécieuses que nous prenons au hasard et à la hâte dans la grande mine d'Orient.»
En 1838, un des poèmes de Théophile Gautier dans ‘’La comédie de la mort’’ fut intitulé ‘’Les papillons. (Pantoum)’’. Mais ce n’en était pas du tout un, et le poème ne fut plus intitulé que ‘’Les papillons’’ dans ses ‘’Oeuvres complètes’’.
En 1850, Charles Asselineau, un ami de Baudelaire, publia un pantoum dans unobscur magazine belge.
En 1856, Théodore de Banville produisit un pantoum comique, ‘’Monselet d’automne’’, qui faisait partie de ses ‘’Odes funambulesques’’.
En 1865, Louisa Pène-Siefert écrivit un pantoum remarquable.
En 1872, dans son ‘’Petit traité de poésie française’’, Théodore de Banville définit le pantoum français. Il consiste en une suite de quatrains (d'octosyllabes ou de décasyllabes, lemême mètre étant conservé dans tout le poème) où s'appliquent deux systèmes de reprises : le deuxième et le quatrième vers de chaque strophe sont repris respectivement comme premier et troisième vers de la strophe suivante ; le tout dernier vers du poème reprend le premier. Les rimes sont croisées, et l'alternance des rimes masculines et féminines impose un nombre de quatrains pair. Le nombre...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La liberté
  • Liberté
  • Liberté
  • La liberte
  • Liberté
  • La liberté
  • Liberté
  • Liberte

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !