La pensée classique

1438 mots 6 pages
La Pensée Classique : Origine et Développement

Une théorie se forme le plus souvent en réaction à quelque chose.

Les Précurseurs de la Pensée Classique

Section 1 : Les courants mercantilistes

XVI et XVIIIème siècles -> terme anachronique. Des anglais, des français, des conseillers des Princes.
John Hales, 1549, Discours sur la propriété publique du droit anglais
Antoine de Montchrestien
Colbert, ministre de Louis XIV -> colbertisme

Les mercantilistes populationniste (on souhaite que l’argent soit réparti pour la société) et bullionistes (bullions = lingots), l’argent est souverain, l’important est de gérer le trésor royale. Etant dans une période très troublée (beaucoup de guerres), gros besoin du trésor pour lever les armées….

Renaissance : on explore l’Amérique du Sud -> profusion d’or et d’argent, apparition de la circulation monétaire -> ralenti l’industrialisation de l’Espagne et du Portugal, par exemple. Le conseiller du roi doit faire rentrer les sous dans le trésor royal. Les mercantilistes partent de l’idée qu’un pays riche est un pays puissant qui possède beaucoup de métaux précieux. Pour faire rentrer de l’argent, on adopte une politique mercantiliste, on importe très peu en exportant beaucoup. Comment faire en sorte que l’excédent commercial soit le plus élevé possible ? -> Protectionnisme, manufactures royales pour fournir l’exportation. Un pays ne peut avoir un excédent que si un autre pays a un déficit. Les classiques diront que ce n’est pas une vision rationnelle de l’économie -> débouche sur une guerre économique. On recherche l’ordre naturel de la société, on veut dépasser la vision nationale de l’économie.

Le populationnisme est moins critiquable que l’approche bullionisme. Néanmoins, c’est toujours l’idée que l’Etat doit avoir un excédent de balance commerciale pour permettre l’accumulation du capital (pas d’intérêt à n’avoir que de l’or et de l’argent). Si il y a excédent, on enrichit le pays et on

en relation

  • La pensée Classique
    1354 mots | 6 pages
  • La pensée classique
    2385 mots | 10 pages
  • la pensee classique
    586 mots | 3 pages
  • Pensée classique de management
    2091 mots | 9 pages
  • Revolution industrielle et pensée classique
    3000 mots | 12 pages
  • Introduction à la pensée néo-classique
    955 mots | 4 pages
  • La "révolution industrielle" et la pensée classique. (1770-1830)
    3707 mots | 15 pages
  • Adam smith : précurseur du courant de pensée classique
    596 mots | 3 pages
  • Les points de continuite et de rupture entre la pensee classique et neoclassique.
    7413 mots | 30 pages
  • Introduction commentaire Pensées Blaise Pascal
    3836 mots | 16 pages