La petite fille qui aimit trop les allumettes- Gaétan Soucy

Pages: 17 (4056 mots) Publié le: 20 décembre 2013
N « […] Gaétan Soucy occupe dans nos lettres une place aussi unique qu’incontestable », peut-on lire au dos du roman La petite fille qui aimait trop les allumettes1. Je ne peut nier cette critique. Ce célèbre auteur québécois, né le 21 octobre 1958 à Montréal, est enseignant en philosophie au Cégep Édouard-Montpetit et à l’Université de Québec à Montréal, en plus de son métier d’écrivain2. Sontout premier roman, L’Immaculée Conception, publié en 1994, paraît au Québec et en France, sous le titre de 8 décembre, et lui vaut un premier prix, celui du Festival du Premier roman de la ville de Chambéry. Toutefois, c’est justement son roman La petite fille qui aimait trop les allumettes, publié chez Boréal en 1998, qui lui assure une renommée internationale3. Le roman, aujourd’hui traduitdans plus de vingt-trois langues , raconte l’histoire de deux frères qui s’éveillent un matin et trouvent leur père pendu dans sa chambre. L’aîné, le personnage principal, décide donc de se rendre au village pour acheter un cercueil. Ce débute donc une vertigineuse suite de péripéties, qui le mènera à changer complètement sa perception de la vie. Durant cette analyse littéraire je dresserai leportrait de ce personnage, afin de dégager son extériorité, son intériorité et son évolution au cours du récit.


Le personnage principal est l’un des deux fils du nouveau défunt. On peut estimer son âge entre size et dix-sept ans , malgré qu’il ne soit pas clairement défini. Il mentionne dès le commencement du roman certaines particularités physiques qui lui sont propres: il possède deux « enflures» sur la poitrine , comme il les désigne et n’est pas muni de testicules. D’après sa théorie, celles-ci sont tombées alors qu’il était jeune, et la blessure laissée par l’accident s’ouvre parfois à l’occasion, provoquant des saignements. Or, ces anomalies ne s’expliquent en fait par une seule chose : le héros du roman est en réalité une héroïne, mais celle-ci n’en a jamais pris conscience, car sonpère l’a toujours désignée comme « son fils ». Ce n’est qu’au cours de son aventure qu’elle viendra à découvrir la vérité sur sa nature. Cette jeune femme , n’a jamais vraiment eu d’identité puisqu’en plus de ne pas connaître son sexe , elle n’a jamais connu son nom . On la prénommait autrefois Alice, mais suite à un incident tragique, cette appellation ne lui a plus jamais été donnée. Toutefois,un des personnages du roman, l’inspecteur, lui donnera le surnom de « petite chèvre sauvage », surnom qu’elle affectionne. Pour ce qui est du physique , bien qu’assez courtement décrite , on sais qu’elle porte de longs cheveux noirs, épais et odorants.

Jusqu’à la veille, Alice a mené une vie aisée. Ses ancêtres, les Soissons de Coëtherlant, étaient une famille prestigieuse, composée de ducset de comtesses. De ce fait, son père était extrêmement riche. Il possédait un manoir immense et somptueux, tellement immense qu’on ne savait pas de combien de pièce il était constitué. Alice a même trouvé bon de mentionner que deux-cents personnes pouvaient s’entasser dans sa salle de balle , bouger les bras et ne jamais se toucher. Ce manoir était situé en retrait du village et dissimulé derrièreune pinède, dans lequel Alice vivait avec son frère et son père. Or, le domaine était laissé à l’abandon car la seule pièce qu’ils habitaient tous les trois était une petite cuisine menue, construite de leur huile de coudes avec des planches de bois. Son frère et elle étaient dans l’interdiction formelle de s’aventurer dans le reste du manoir, et de s’approcher du village. Dans sa solitude,Alice n’avait pour compagnons en dehors de son père et de son frère, qu’une grenouille, un cheval, et les héros de ses histoires qui l’ont toujours fait rêvée. Sa connaissance du monde extérieur est très limitée, si limitée que son père lui est toujours apparu comme le maître de l’univers :


Père existant de ce côté-ci des choses, la vie du monde du moins avait un sens, tout de travers et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Dans La Petite Fille Qui Aimait Trop Les Allumettes
  • La petite fille qui aimait trop les allumettes
  • La petite fille qui aimait trop les allumettes
  • La petite fille qui aimait trop les allumettes
  • La petite fille qui aimait trop les allumettes
  • L’analyse critique de la petite fille qui aimait trop les allumettes de gaétan soucis selon les théories de la lecture
  • Compte rendu critique, livre : la petite fille qui aimait trop les allumettes.
  • la petite fille aux allumettes

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !