La religion est elle qu'une consolation pour les plus faibles ?

731 mots 3 pages
Une opinion est un ensemble d’idées que l’on se fait à propos d’un objet en même temps que l’on exerce sur lui un jugement par pensée. Or, on parle d’opinion personnelle, si elle est émise par une personne considérée dans son individualité et d’une opinion publique quand elle est portée collectivement par la société ou présentée comme telle.
Alain, philosophe français du 20ième siècle, étudie l’origine et les conséquences de l’opinion publique dans Propos sur les pouvoirs. A travers son texte, il nous fait comprendre que personne ne pense par soi-même et que tout le monde recherche l’opinion publique. Mais, cela cause un problème à l’Etat, ce qui peut le mettre en danger. Après avoir expliqué l’origine et les conséquences de l’opinion publique, nous en viendrons à son enjeu politique, puis réfléchirons sur la place du citoyen.

L’opinion publique n’a pas d’origine, plus exactement c’est l’opinion de personne. Or, elle agit sur le comportement et les pensées d’un citoyen. Autrement dit, c’est une pensée anonyme, impersonnelle et n’ayant pas de sujet précis, qui naît grâce à des incertitudes. De plus, elle concerne tous le monde, car chaque citoyen recherche l’opinion dominante lorsqu’il doit prendre une décision. Alain, la caractérise même comme un « être fantastique ». Comme il le dit au début de son texte, chacun les subit et personne ne les forme. C’est donc une pensée commune qui laisse à entendre que personne ne pense par soi-même. Par ailleurs, l’opinion publique a différentes conséquences. Tout d’abord, comme nous l’avons dis précédemment, elle agit sur le comportement et les pensées, ce n’est donc pas le fruit d’une réflexion personnelle. On se fit trop souvent aux idées des autres, c’est ce que nous fait découvrir Alain dans le second paragraphe, « Et tous les citoyens interrogent le pays, au lien de s’interroger eux-mêmes ». La presse joue aussi un rôle important dans l’opinion publique, car elle exprime des idées lues par les citoyens,

en relation

  • Les croyances religieuses sont elles une consolation pour les faibles?
    2326 mots | 10 pages
  • La religion n'est-elle qu'une consolation infantilisante ?
    1667 mots | 7 pages
  • La religion
    684 mots | 3 pages
  • La religion est-elle une consolation pour les faibles?
    1664 mots | 7 pages
  • La croyance religieuse n'est-elle qu'une consolation pour les faibles ?
    1290 mots | 6 pages
  • Sujets de dissertation philosophique • « il peut y avoir conflit entre hommes de religion à l'esprit fragile et hommes de science à l'esprit ferme, mais non point entre science et religion. leurs mondes respectifs sont
    1936 mots | 8 pages
  • La psychanalyse
    3973 mots | 16 pages
  • Friedrich Nietzsche
    1503 mots | 7 pages
  • Le gai savoir, friedrich nietzsche
    1128 mots | 5 pages
  • Culture et religion
    818 mots | 4 pages