La société de consommation de soi

Pages: 6 (1288 mots) Publié le: 18 avril 2011
La société de consommation de soi
Dominique Quessada
Note de lecture sur le livre de Dominique Quessada, La société de consommation de soi, Verticales, Paris, 1999.

Cet été j’ai lu l’essai de Dominique Quessada sur la société se de consommation de soi et je vous remercie de me l’avoir fait connaître.
Ses prémisses ne sont pas issues de la philosophie, mais plutôt d’un courantminoritaire de la psychanalyse. Il s’appuie principalement sur la pensée de Pierre Legendre qui a produit une psychanalyse du droit et de la politique. On peut se référer aux livres de celui-ci. Il a publié notamment : « La fabrique de l’homme occidental » aux éditions Mille et une nuits, (collection de petits bouquins à 10 frs).

Son analyse me semble juste, mais ce qui me pose problème c’est lanécessité d’une autorité et la façon de la mettre en oeuvre. Il regrette, comme Legendre, la disparition de la loi basée sur la transcendance, sur une base extérieure à l’humanité. Cette révolution mentale a été commencée avec les intellectuels des Lumières en philosophie et réalisé sur le plan politique en partie par la Révolution française de 1789.
Est-ce qu’il faut revenir à cela ?De mon point de vue la fin de la référence hétéro-centrée est une chance pour l’humanité et ce qui est à combattre aujourd’hui c’est le capitalisme.

Je suis d’accord avec le constat d'Eduardo Colombo sur le passage de l'hétéro-référence à l'auto-référence et la position toujours renouvelée de la critique (pas du point de vue du narcissisme qui peut être une figure de l'auto-référence, maisqui, elle, est stérile). Les valeurs ont une histoire et c'est l'humanité qui doit devenir la référence :
« On ne peut pas affirmer que « les valeurs » sont universelles, mais nous pouvons dire que certaines valeurs doivent être postulées comme universelles et d’autres reconnues comme relatives à des situations historiques ou locales particulières. »... /....

« Quand on a perdu toutegarantie métaphysique, lorsqu’on a accepté l’auto-référence généralisée du socio-historique, la pensée est obligée de travailler avec la tension constante qui s’établit entre l’unité et la diversité. La pensée critique, libérée de l’hétéro-référence, est une conquête fondamentale de l’humanité tout entière, même si cette conquête a eu lieu à un moment donné de l’histoire européenne et à partird’une formidable lutte contre le pouvoir politico-religieux. L’absence de certitudes fondamentales (le relativisme radical), exige une vision universaliste qui ne peut être affirmée sans expliciter les valeurs qui soutiennent cette vison. C’est alors qu’au lieu de croire dans un fondement sacré des valeurs, l’homme doit affronter l’idée qu’il est le créateur de ses valeurs et accepter la tâcheinconfortable de maintenir l’esprit critique sur ces valeurs mêmes. »
Extrait de « Tout est relatif, peut-être » une brochure publiée par les éditions ACL de Lyon.

D’autre part, la critique de la société menée par Dominique Quessada, même si elle touche juste, a les défauts des approches particulières.

Pour moi, une seule approche est toujours insuffisante, nous avons besoin de rapporternos critiques à d’autres approches théoriques.
Par exemple, on savait déjà que le capitalisme utilise le désir pour fonctionner. Félix Guattari a écrit sur ce point dès les années soixante-dix. Cet auteur développait lui aussi une approche qui mêlait politique et psy.

La multiplicité a été développée par Gilles Deleuze (compère du précédent dans plusieurs livres) et ce depuislongtemps.
D’autre part, j’ai deux remarques à faire sur les conclusions de Quessada. Le fait que les humains ont des façons différentes, de multiples façons de justifier la loi et de la vivre existait bien avant notre société actuelle. C’étaient toutes des lois basées sur la transcendance, sur l’hétéro-référence, sur un pôle extérieur. La différence c’est qu’à l’époque chaque groupe d’humains...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Societé de consommation
  • Société de consommation
  • Societe de consommation
  • société de consommation
  • La société de consommation
  • Société de consommation
  • Société de consommation
  • La société de consommation

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !