La sous-traitance comme une source potentielle de création indirecte d’emplois informels par les entreprises : cas de la coopérative béninoise de matériel agricole (cobemag) au bénin

Pages: 6 (1478 mots) Publié le: 19 mars 2013
La sous-traitance : une source potentielle de création indirecte d’emplois informels par les entreprises ? Cas de la Coopérative Béninoise de Matériel Agricole (COBEMAG) au Bénin
Présentation de la communication
aux XXIXèmes Journées du développement ATM 2013
Economie informelle et développement :Emploi, financement et régulations dans un contexte de crises

Résumé
Face à la criseéconomique actuelle, dont les effets nuisibles sur l’emploi formel ne sont plus à démontrer, et face également au dynamisme qu’on reconnaît aux entreprises de petite taille, surtout informelles, qui foisonnent de plus en plus, l’on se demande si ces dernières, dans le domaine de la sous-traitance, ne sont pas susceptibles d’offrir plus de débouchés aux jeunes désœuvrés de nos villes et campagnes quipeinent à s’insérer dans le circuit productif formel.
L’expérience de la Coopérative Béninoise de Matériel Agricole (COBEMAG) au Bénin s’inscrit dans la dynamique du développement de la culture attelée. Elle s’origine à partir de l’initiative de la Compagnie Internationale de Développement Rural (CIDR) qui a débouché sur la création, le 24 novembre 1966, conformément aux dispositions de la loi61-27/PR/MDRAC de 1961 portant statut général de la coopération, de la Société Coopérative d’Approvisionnement des Artisans de la Sous-préfecture de Bembèrèkè qui devait devenir, le 9 novembre 1967, la Société des Artisans du Borgou. Une telle société regroupait toutes les catégories d’artisans, et les activités étaient plutôt orientées vers l’entraide (construction de maisons d’habitation) et échangesde produits entre artisans. Mais, sur demande de l’Etat béninois, le projet FAO/BEN/015/72 relatif au développement de la culture attelée, a ciblé les forgerons, les soudeurs et les menuisiers de la société des artisans du Borgou, auxquels il a donné une formation pour la fabrication de matériels agricoles à traction bovine. Ce sont ces catégories d’artisans qui constituèrent, en novembre 1974 àParakou, l’actuelle COBEMAG qui rayonne aujourd’hui sur les plans national et régional.
Une telle expérience, en cours depuis novembre 1974, s’est poursuivie jusqu’à ce jour. En effet, les artisans ainsi formés continuent d’être utiles à la COBEMAG. Ils ont d’ailleurs reçu plein pouvoir et sont dotés des capacités techniques requises pour former d’autres artisans dans les 24 sections que comptela COBEMAG et à travers lesquelles sont disséminés lesdits artisans, et ce sur une bonne partie du territoire national (notamment dans les départements du Borgou, de l’Alibori, de la Donga et des Collines).
Un tel regroupement des artisans offre une double opportunité aux différentes sections de la COBEMAG :
- certaines sections travaillent pour le compte de la Coopérative, et les artisans ainsiregroupés sont considérés comme des agents de l’entreprise ;
- d’autres, par contre, sont en relations de sous-traitance avec la COBMAG qui les sollicite en cas de fortes commandes et les rémunère au prorata du nombre d’unités fabriquées comme produits intermédiaires (vérifiant des spécifications techniques bien précises) devant intervenir dans la fabrication de produits finals très recherchésdans toute la sous-région.
Mais, force est de constater, que, dans l’accomplissement de sa mission, la COBEMAG rencontre un certain nombre de problèmes qui l’empêchent de contribuer plus significativement à la création d’emplois informels, notamment au profit des artisans non organisés en coopératives.
De façon spécifique, on relève, au niveau opératoire :
- l’incapacité de la COBEMAG à livrer,à bonne date, les commandes de ses nombreux clients ;
- la faible exploitation des possibilités offertes par les relations de sous-traitance ;
- la faible capacité de la COBEMAG à contribuer, de façon significative, à la création d’emplois informels.
Une analyse fondée sur l’expérience de la COBEMAG nous permettra de confirmer ou non l’importance de la sous-traitance dans la création...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Création d'une coopérative agricole en guinée
  • Pourqoui les entreprise ont elles recourt a la sous-traitance?
  • La communication des entreprises de sous-traitance dans le secteur des tic
  • Offshoring au maroc : cas de sous-traitance aéronautique
  • coopérative agricole
  • Sous-traitance
  • la sous traitance
  • Sous traitance

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !