lavandier

4543 mots 19 pages
LA DRAMATURGIE
YVES LAVANDIER
Introduction
C’est un ouvrage très intéressant pour comprendre la structure d’un texte de fiction, même s’il se destine à analyser la dramaturgie dans un sens limité : le théâtre et les scénarios de films.
Je pense cependant que la plupart des principes de construction détaillés par Lavandier s’appliquent parfaitement à la littérature parce qu’ils sont davantage propres à la fiction qu’à un genre particulier.

I. LES MÉCANISMES FONDAMENTAUX
Il débute par une intéressante citation de Bernard-Marie Koltès :
J’ai eu l’envie d’écrire une pièce comme on construit un hangar, c’est-à-dire en bâtissant d’abord une structure, qui va des fondations jusqu’au toit, avant de savoir exactement ce qui allait y être entreposé… une forme suffisamment solide pour pouvoir contenir d’autres formes en elle. (31)

Selon lui, la structure de base de tout drame est : personnage – objectifs – obstacles
1. Conflits et émotions
Tout drame recèle un conflit soit par rapport aux protagonistes soit par rapport aux spectateurs. Dans tous les cas, il faut que le spectateur (ou le lecteur 1) soit informé et comprenne la source du conflit.
Tout conflit génère de l’émotion, laquelle est plus ou moins taboue dans la vie mais autorisée dans la dramaturgie. De ce point de vue, d’ailleurs, la littérature est plus puissante car elle permet, en reposant sur l’imaginaire du lecteur, de faire passer aussi une douleur physique.
Il y a 2 types de conflit :
1. statique (vécu passivement)
2. dynamique (vécu activement)
Il ne faut pas confondre le spectaculaire (plus spécifique au cinéma) et le conflit. Le spectaculaire attire mais il doit toujours en « faire plus », subissant un phénomène d’érosion. Le conflit est aussi un facteur d’identification parce que l’émotion engendre la compassion (en ce sens, le rire est aussi, bien entendu, une émotion), même vis-à-vis d’un personnage antipathique. Cette identification peut être conceptuelle ou émotionnelle

en relation