Le 18ème siècle : l'autorité

597 mots 3 pages
Le 18E siècle : l’autorité, commander, maître.

Au cours du 18e siècle, les travailleurs non libres et généralement non rémunérés ont le statut d’esclaves (valets). Ceux-ci sont juridiquement la propriété d’autres personnes qui se nomment les maîtres. Ces derniers ne travaillent pas et bénéficient des travaux effectués par leurs esclaves.

Le droit de commander une personne vient dès la naissance : si l’on vient de parents esclaves, on nait esclave et si l’on vient de parents maîtres, on nait maître. Les personnes de rang élevé et de sang illustre commandent généralement des domestiques, esclaves ou hommes issus des couches sociales inférieures. Mais selon Diderot :"aucun homme n’a reçu de la nature le droit de commander aux autres. La liberté est un présent du ciel, et chaque individu de la même espèce a le droit d’en jouir aussitôt qu’il jouit de la raison. Si la nature a établi quelque autorité, c’est la puissance paternelle : mais la puissance paternelle a ses bornes ; et dans l’état de nature elle finirait aussitôt que les enfants seraient en état de conduire."

L’autorité à cette époque est fondée sur la force des maîtres et sur la lâcheté des esclaves car les maîtres pouvaient être violents, dominateurs et ne pensaient pas forcément au bien-être de leurs esclaves. Certains maîtres étaient respectueux avec leurs esclaves mais beaucoup les maltraitaient. Une fois que l’esclave appartient au maître, il peut en faire ce qu’il veut : le battre, l’échanger et même le vendre. « La puissance qui s’acquiert par la violence n’est qu’une usurpation.» Diderot. Dans le document en annexe, nous pouvons constater que les esclaves étaient très mal traités et surtout considérés comme des objets. A cette période, des grosses ventes d’esclaves se produisaient.

Dans la logique des choses, personne n’a le droit de commander d’autres personnes que soi-même car au commencement, nous sommes tous nés libres et de la même espèce

en relation

  • L'intégration de l'adolescent dans la société à partir du 18 ème S
    39832 mots | 160 pages
  • L'egagement des ecrivains au 18eme siecle
    311 mots | 2 pages
  • La condition de l'écrivain au xviiieme siècle
    837 mots | 4 pages
  • Philosopher, est-ce secouer le joug de l'autorité ?
    2159 mots | 9 pages
  • La litterature de 18eme siecle
    2822 mots | 12 pages
  • Le siècle des lumières
    882 mots | 4 pages
  • Français
    309 mots | 2 pages
  • Droits et libertés
    3093 mots | 13 pages
  • Autorit Politique
    679 mots | 3 pages
  • Les religions à l'époque de voltaire
    3539 mots | 15 pages