Le bonheur, désespérement

Pages: 2 (262 mots) Publié le: 8 avril 2012
Résumé:    Ce livre est la transcription d’une conférence-débat du 18 octobre 1999.

La question du bonheur est centrale à la philosophie, en ce sensque la philosophie a pour but la sagesse, et que la sagesse est le bonheur dans la lucidité. Ainsi, la philosophie servirait à être heureux. 
AndréComte-Sponville renoue avec la tradition des philosophes grecs pour qui cette question était essentielle.

Etymologiquement, la philosophie, c’est l’amourde la sagesse.
La sagesse est une pratique humaine : connaître la vérité pour agir bien.

Le bonheur s’obtiendrait donc dans un certain rapport à lavérité.
Il s’agit alors de penser non pas pour être heureux, mais de penser une idée parce qu’elle paraît vraie. 
En ce sens, le bonheur est le but de laphilosophie, et la vérité en est sa norme.

Extrait:  Ainsi de l’idée de départ qui était que le bonheur est désir, que le désir est manque, et quedonc le bonheur est manqué, André Comte-Sponville introduit deux idées qui contredisent la première.
La première c’est l’espérance qui est un désir qui nesait pas, qui ne peut pas, qui ne jouit pas : donc le contraire de la connaissance, de la volonté, du plaisir. C’est le contraire du bonheur en acte.La seconde, c’est l’idée de désespoir joyeux : en ce sens de ne rien espérer, et donc de ne pas souffrir du manque.

La sagesse, c’est un savoir-vivre,un savoir-penser.
Philosopher, c’est apprendre à être heureux en ne désirant que ce qui est, ce qui est réalisable, ce qui dépend de notre volonté.
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le bonheur désespérément
  • Le bonheur, désespérement
  • Le bonheur désespérément
  • le bonheur désespérément
  • Le bonheur désespérement albert compte sponville
  • Fiche de lecture résumé/thèses : "le bonheur désespérément" d'a.c. sponville.
  • Le bohneur desesperement
  • Le bonheur

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !