Le droit sous l'antiquité

34434 mots 138 pages
Introduction :
DROIT : C’est l’ensemble des règles régissant la vie d’une collectivité humaine, reconnues comme telles et observées par cette collectivité.
La justice est assimilée aux tribunaux qui doivent appliquer le droit et rendre des décisions justes. Dans le langage commun, on confond souvent droit et justice alors que pour le juriste, la justice aura un sens différent. Il distingue :
Justice au sens subjectif: c’est l’aspect morale de la justice considérée comme un fondement du droit. Dans l’antiquité, les juristes romains définissaient la justice comme l’art du bon et de l’équitable.
Justice au sens institutionnel: c’est l’ensemble des institutions judiciaires dont la fonction est de rendre la justice par le respect du droit.

La distinction entre droit privé/droit public existait déjà ainsi à l’Empire romain. Un historien romain du nom de Tite Live (-59/17) prétendait que « la loi des 12 tables était déjà la source de tout le droit privé et public ». De plus, les romains sont les inventeurs de la science juridique. Le droit romain va ainsi inventer la langue du droit : ils vont greffer sur le sens courant d’un mot un sens purement juridique.
Exemple : le terme « contrat » (en romain « contractus ») signifie la rencontre/la réunion ; cela deviendra la rencontre de 2 volontés afin de faire naître un contrat de régime civil. Le droit romain est ainsi à l’origine de toutes les grandes catégories juridiques sur lesquelles se sont construits les termes de l’Europe occidentale : la notion de délit, le droit de propriété, la justice…
Enfin, les grecs sont les inventeurs de la science politique, ce sont eux qui ont inventé le vocabulaire du pouvoir. Le mot « politique » dérive du terme grec « polis » qui signifie « cité ». Ils ont conçu les notions fondamentales de Constitution et de citoyenneté.
L’histoire du monde grec antique s’étend sur 2 millénaires et plus précisément sur 3 grandes périodes :
La période Archaïque qui s’étend du début du 2ème

en relation

  • Les sources du droit sous l’antiquité tardive romaine
    1182 mots | 5 pages
  • none
    3239 mots | 13 pages
  • Commentaire de texte Pantagruel Rablais
    2717 mots | 11 pages
  • Raphael : peintre de la renaissance
    3837 mots | 16 pages
  • Droit
    367 mots | 2 pages
  • Assujetissement de l'homme de l'antiquité à nos jours
    2657 mots | 11 pages
  • L'acquisition de la citoyenneté romaine
    2326 mots | 10 pages
  • L'école d'athènes
    931 mots | 4 pages
  • Antiquité
    14668 mots | 59 pages
  • Benjamin constant
    3861 mots | 16 pages