Le héros romanesque, citation d'albert camus "les héros ont notre langage, nos faiblesses, nos forces. leur univers n'est ni plus beau ni plus édifiant que le nôtre. mais eux, du moins, courent jusqu'au bout de leur destin."

Pages: 13 (3244 mots) Publié le: 3 novembre 2009
La façon dont se rencontrent les personnages, dont se conviennent les lieux et les êtres, dont les évènements de la vie personnelle s'inscrivent dans les événements de la vie publique, dont s'achèvent surtout les chapitres, les existences, l'histoire elle-même, voilà ce qui constitue, à l'intérieur d'un roman, l'image du destin. Ce mot désigne une existence dont on connaît le but, qui pourrait serésumer en un mot, mais il y a évidemment quelque chose de trompeur dans cette correction que le roman inflige à la vie, et déjà au XVIIème siècle, ce "mensonge" des romans était un des griefs que l'on avait contre eux. Albert Camus, ici, reprend indirectement dans L'Homme révolté cette critique, le roman ne décrirait qu'une réconciliation superficielle de l'homme avec sa condition. "Les hérosont notre langage, nos faiblesses, nos forces. Leur univers n'est ni plus beau ni plus édifiant que le nôtre. Mais eux, du moins, courent jusqu'au bout de leur destin.". Si les héros romanesques ont notre langage, nos faiblesses et nos forces, ils s'inscrivent donc dans une continuité par rapport à nos réalités et relèveraient alors du commun, de la banalité, dans lesquels le réel est tenu. Mais lehéros romanesque, c'est aussi le personnage principal, il se distingue alors justement par ses qualités, ses actions exceptionnelles et son destin exemplaire. Le propos d'Albert Camus nous amène donc à repenser la notion de héros romanesque comme lieu de tension entre commun et exception. Un personnage banal peut-il être un héros de roman ? Le destin est-il dans le roman ce qui reste des valeurshéroïques ? Peut-on parler d'un crépuscule des valeurs héroïques dans le roman ?
Affirmer la thèse selon laquelle le héros romanesque nous ressemble, au sens d'une normalité, permet de sortir d'une conception classique de la notion d'héroïsme et de la nature du héros. Il n'en reste pas moins que l'une des constantes du romanesque repose souvent sur l'exceptionnel. Il faut alors se demander si unhéros "moyen" ou "commun" peut y avoir sa place. Mais par-delà cette dialectique entre commun et hors du commun, en quoi le destin accompli, et par là exemplaire, du héros romanesque contribue-t-il à faire de lui un être exceptionnel ?

Manifestement, envisager le héros romanesque comme un personnage exceptionnel ne permet pas de dépasser l’approche spontanée du concept de « héros romanesque ». Laroman a longtemps été critiqué pour ses invraisemblances, antiromans ou romans comiques s‘en sont moqué et ont cherché à peindre une réalité plus quotidienne. De là est né le roman moderne, tentant de se rapprocher de la réalité, de notre réalité. Alain Robbe-Grillet écrit d‘ailleurs dans Pour un nouveau roman « Le culte exclusif de ’’l’humain’’ a fait place à une prise de conscience plus vaste,moins anthropocentriste. Le roman paraît chanceler, ayant perdu son meilleur soutien d’autre fois, le héros. ». Si le héros a été le soutien du roman, peut-il dans ce cas se passer d‘héroïsme?

Le Nouveau Roman a choisit d’abolir le héros et de confier la représentation du monde à des individualités transparentes. Quand Robbe-Grillet dit que « l’époque actuelle est plutôt celle du numéro dematricule », il décrit tout à fait le Nouveau Roman dans son abolition du personnage d’exception. Et Robbe-Grillet constate, citant notamment L’Etranger, qu’«aucune des grandes œuvres contemporaines ne correspond sur ce point aux normes de la critique. ». Il est vrai que Meursault ne répond guère aux caractéristiques du « personnage héroïque » tel qu’on le rencontre chez Balzac. S’il a un nom, il n’apas de prénom : les deux syllabes qui suffisent à le désigner y gagnent une valeur symbolique plus forte. On sait qu’il n’a guère de « biens » : cette pauvreté contribue à faire de lui une victime de la société. Sa profession est à peine évoquée. Son aspect physique ne se devine qu’à son dégoût pour les gens qui ont la peau blanche. De son passé, nous savons très peu de choses. On ne saurait...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Dissertation: « les héros ont notre language nos faiblesses, nos forces. leur univers n'est ni plus beau, ni plus...
  • « Les héros ont notre langage, nos faiblesses, nos forces. leur univers n’est ni plus beau ni plus édifiant que le nôtre....
  • Le héros romanesque ou plus largement le héros littéraire doit-il être exemplaire ?
  • Les plus grands héros athéniens
  • N'estime l'argent ni plus ni moins qu'il ne le vaut, c'est un bon serviteur et un mauvais maître
  • Commentaire de la definition d'albert camus sur les heros
  • Les héros romanesques
  • le héros romanesque

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !