le jour

Pages: 5 (1018 mots) Publié le: 8 décembre 2013
I) L'auteur cherche à dénoncer la peine de mort
-une mort omniprésente: présente dans le titre "condamné à mort", reprise du titre avec ponctuation vive (!) répétition de "condamné à mort!"(3 fois lignes 1,12 et 34). Cette répétition traduit l’obsession du condamné.
La mort le hante, pensée négative: utilisation des champs lexicaux de l'emprisonnement, de la douleur et de la mort. Sonemprisonnement se dessine dans la construction du texte: en effet il est encadré par le cri du condamné : "Condamné à mort!". Celui ci est répété au début et à la fin: c'est une structure close qui peut être interprétée comme la métaphore de sa situation: il n'y a aucune évolution entre le début et la fin de l'incipit, la structure est aussi close que la cellule dans laquelle il se trouve, le condamnéest bel et bien emprisonné par sa "condamnation!". Ceci devient alors une double métaphore: celle de son emprisonnement à la fois physique (cellule) et mental (dans son idée de la mort). Cet emprisonnement psychique est d'ailleurs plus clairement exprimé par la métaphore : « mon esprit est en prison dans une idée ».

La condamnation, une obsession : En effet, des éléments faisant partie parexemple du lexique du métal et du froid nous ramène à la guillotine : « voilà cinq semaines que je vis avec cette pensée… … toujours glacé de sa présence » ; « Mon corps est aux fers… » ; « … elle est toujours là, cette pensée infernale, comme un spectre de plomb à mes côtés… … me secouant de ses deux mains de glace… » ; « … elle se colle avec moi aux grilles hideuses de mon cachot … … et reparaitdans mes rêves sous la forme d’un couteau» (guillotine).
V-H dénonce la peine de mort : Tous ces éléments permettent à l’auteur de défendre son opposition à la peine de mort en éveillant les sentiments du lecteur. La ponctuation, l’utilisation de points d’exclamation transforme la narration du condamné en un cri de torture : Le lecteur comprend que son sort est inéluctable, condamné, il n’a plusqu’à attendre le supplice en criant sa condition « condamné à mort ».Ce cri de détresse provoque la compassion du lecteur. Celui-ci se sent obligé de prendre parti pour le condamné de part sa situation et de part la force d’écriture de Victor Hugo. Le lecteur est d’autant plus proche du condamné que le récit se fait en focalisation interne.

Le sujet se précise grâce au procédé d’écriture : Onnote que « condamné à mort !» est une phrase brève et sèche qui revient régulièrement : celle-ci sert à insister, le lecteur se retrouve plus marqué par une phrase non verbale si courte et sèche : la condamnation rythme le récit et les impressions du lecteur.. (Entre le premier et le deuxième « Condamné à mort ! », l’auteur évoque son passé, entre le deuxième et le dernier, il évoque sa peurprofonde pour la mort) les "condamné à mort" créent donc une rupture comme pour diviser l'état d'esprit du condamné et en faire une présentation ordonnée. Le récit que nous fait le condamné est finalement d’un type pathétique : le lecteur ne peut s’empêcher de ressentir de la compassion et a envie de prendre le parti de Victor Hugo : le parti de l’abolitionnisme de la peine de mort, puisqu’elletorture réellement le pauvre homme dont le lecteur fait vaguement connaissance.

II) L'auteur marque l'opposition entre la vie passée et la vie au moment où le condamné écrit.
Un monologue intérieur, on apprend à connaitre le personnage : Dans cet incipit, Le narrateur, le condamné (puisque nous sommes en focalisation interne) évoque son passé. Il nous offre une sorte de monologue intérieur. Etl’on remarque l’opposition magistrale entre son passé et son présent au moment où il écrit. Il y a l’ « Autrefois » où le condamné pouvait « penser à tout ce qu’il voulait » il « était libre ». Et le « Maintenant » où il se retrouve « captif ». Sa condamnation l’emprisonne, il devient sa propre prison : « mon corps est aux fers, mon esprit une prison dans une idée ». Sa réalité est désignée...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Un jour
  • Ce jour-là
  • Le jour
  • Un jour
  • un jour
  • Un jour
  • Un jour.
  • ce jour-là

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !