Le journal d'une femme de chambre

Pages: 11 (2691 mots) Publié le: 7 octobre 2012
AFRIQUE (Paris, 1961),
Revue mensuelle Numéro 25, juin 1963, pp. 47-49 ISSN : 0568-174X Cote Bibliothèque Nationale de France : FOL-JO-11121

ENTRETIEN
avec

SEMBENE OUSMANE
le docker noir

Un récent volume de nouvelles publié sous le titre de « Voltaïques » par les Éditions « Présence Africaine » a attiré une fois de plus l'attention sur un écrivain qui occupe une place à part dans lalittérature africaine. Né en 1923, Sembène Ousmane est devenu par excellence le romancier du monde ouvrier noir. Sous sa silhouette frêle et son apparence paisible de fumeur de pipe invétéré, se cache une personnalité d'un dynamisme exceptionnel. Docker, syndicaliste, homme d'action et organisateur-né, Sembène Ousmane n'en a pas moins trouvé le temps de céder à son goût de l'aventure et à sa soifde connaissance : il a parcouru presque tous les continents d'un bout à l'autre. Mais c'est surtout sa production littéraire qui témoigne pour lui : « Le docker noir », « O pays mon beau peuple », et « Les Bouts de Bois de Dieu » révèlent un homme animé d'une immense sympathie pour tous ceux qui sont faibles, qu'on exploite, et qui souffrent. AFRIQUE a eu la chance de rencontrer ce globe-trotter,toujours en instance de départ, grand voyageur, écrivain et cinéaste à la fois, et de lui poser quelques questions. — Où avez-vous passé votre enfance ? — Mes parents viennent de Dakar. Mais mon père s'était installé en Casamance pour faire fortune — ce qu'il n'a jamais fait d'ailleurs — et puis il est resté là-bas. Il a trouvé, sans doute, le paysage plus agréable, la vie plus douce. C'est là queje suis né. Mon père était pêcheur.

Sembene Ousmane

— Que voulait-il faire de vous ? — Un pêcheur comme lui. Mais j'ai fait l'école primaire. Je suis parti, toutefois, avant d'avoir passé le certificat d'études. Mon père était un homme exceptionnel. Il m'a toujours laissé libre de faire ce que je voulais. Ce n'était pas courant dans notre tradition. Ainsi je n'ai même pas reçu d'éducationreligieuse. — Vous n'êtes pas croyant ? — Si, mais plutôt par docilité d'enfant. On croit parce que les parents croient : mais mon père a changé plusieurs fois de secte religieuse. Ainsi, dans ma famille tout le monde fume la pipe. Mon père était Tidjane. Les Tidjane ne doivent pas fumer. Entre la croyance et le tabac, il a préféré le tabac : il a changé de secte. Il est devenu Had. Les Had ont ledroit de fumer. Donc, il pouvait continuer à fumer tout en conservant l'espoir d'aller au paradis. — Qu'avez-vous fait après avoir quitté l'école primaire ? — A la mort de mon père, je suis monté à Dakar où j'avais toujours une grande partie de ma famille. Il n'y avait pas de débouché pour moi à Ziguinchor. Devenir pêcheur ? Franchement, cela ne me tentait pas. Alors je me suis fait maçon. — Quelâge aviez-vous ? — Oh, je pouvais avoir douze ou treize ans. Pendant trois ans, j'ai travaillé avec mon frère aîné. Mais finalement, la maçonnerie ne me disait rien non plus. C'était l'époque où on chômait beaucoup. J'ai changé de métier, j'ai appris la mécanique, et je suis devenu ouvrier mécanicien. Puis la guerre est venue. — Vous vous êtes engagé ? — Oui. — Pourquoi ? — C'était peut-êtrepartiellement par goût de l'aventure. Mais il y avait autre chose. A cette époque-là naissaient les premiers mouvements ouvriers africains. Nous ne revendiquions pas encore l'indépendance, mais l'égalité des droits ; nous demandions à être des Français, non pas des Africains. Quand la guerre a éclaté nous avions le sentiment que la patrie était en danger et qu'il fallait la défendre. Nous nous exaltionsà l'idée que l'occasion nous était donnée de prouver que nous étions, nous aussi, capables de nous sacrifier pour la patrie. — Qu'entendiez-vous par patrie ? — Nous nous en faisions une idée très imprécise. Il y avait un dilemme en nous : on parlait français mais on était de culture africaine. Un déchet de culture africaine. Prenons mon cas : je ne connaissais rien de l'animisme, je n'avais...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Dm le journal d'une femme de chambre
  • Commentaire le journal d'une femme de chambre chapitre i
  • Comentaire de texte: journal d'une femme à berlin
  • Femme de chambre
  • Femme de chambre
  • Critique femme de chambre pdf
  • Rapport de suivi de femme de chambre
  • Journal d'une lectrice ♥

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !