Le mal est-il l'objet artistique par excellence ?

Pages: 9 (2058 mots) Publié le: 12 novembre 2012
Le mal est-il l'objet artistique par excellence ?




















À commencer par Baudelaire, les « poètes maudits » considéraient le mal sous ses diverses formes comme l’objet artistique par excellence. N’est-ce pas le sens même des Fleurs du mal, dont les poèmes vénéneux illustrent la beauté de la laideur dans Une Charogne et du désespoir dans les Spleens, mettent enscène la mort dans La Mort des amants, des pauvres ou des artistes, et semblent exalter le vice dans les Femmes damnées ou les Litanies de Satan pour ne citer que quelques-uns des poèmes du recueil condamné en 1857 par la justice française ? La maladie, la mort, la monstruosité et le mal en général sont en effet, dans leur morbidité, des objets propres à nourrir l’inspiration des artistes et àfasciner leurs spectateurs. Mais ce parti-pris des « poètes maudits », obéissant à ce qu’on pourrait nommer une « esthétique immoraliste », s’oppose à une puissante tradition prônant la pureté morale de l'œuvre et de l'artiste. Subordonnant l’art à la morale, l’esthétique moraliste affirme que l’œuvre d’art a pour finalité principale de mettre en scène le beau afin d’élever moralement le spectateur ;le beau serait le moyen principal d’accéder au bien. Face à l’importance de cette tradition, peut-on dès lors considérer que le mal soit l’objet artistique par excellence ? Il est d’usage de distinguer trois types de mal : le mal métaphysique, qui désigne la finitude ou les limites de la condition humaine ; le mal physique, la douleur, la maladie et tout ce dont on souffre ; et le mal moral, lafaute et le vice. C'est à la forme morale que l'on s'attachera plus particulièrement ici sans pour autant exclure les deux autres formes de mal. Cela suppose que l'art a pour vocation, au delà du bien, le mal. En effet l'art met en scène des valeurs, mais la turpitude est-elle sa finalité la plus noble ?

Toute la tradition idéaliste met en avant le fait que l'art soit une étape à l'atteinte dela vérité. Pour Platon, le beau est les idées, les idées sont la vérité, et la vérité mène au bien. L'atteinte de la vérité libère l'homme du carcan de l'obscurité de la caverne. Voilà pourquoi l'art doit représenter le bien : il est subordonné à la morale. L'esthétique est au service de l'éthique tant que le beau est une modalité d'accession au bien. Il est une pure utilité morale etintellectuelle à tel point que tout ce qui est affriolant est banni : Homère est interdit de la cité. L'artiste est toléré au sein de la cité, mais à la seule condition qu'il prenne le bien pour objet : « des hymnes pour les dieux et des éloges pour les hommes de bien ». L'art représente néanmoins un danger majeur car nous risquons de le confondre avec la réalité. Quel échec s'il représentait le mal ! L'hommele prendrait pour vrai et le mimerait si bien qu'il s'enfoncerait dans sa condition aveugle et déplorable au lieu de tendre vers le monde des idées.
Du point de vue physico-théologique, le Souverain Bien, Dieu, a créé une nature parfaite. L'art doit être la célébration de cette perfection, il doit atteindre la pureté de la nature divine. L'académisme impose des codes et des canons de beauté,afin que l'art soit le plus moral possible en représentant des natures divines, des paysages, … Ainsi Mantegna peignit le martyr Saint Sebastien. Les couleurs de la peinture sont claires et pures comme les cieux ; occupant presque tout l'espace, le corps du saint, criblé de flèches, reste ferme et stoïque; son regard est levé vers le Divin. Cette peinture célèbre la bravoure de Saint Sébastien etson amour illimité pour le Seigneur. Voilà ce qui est attendu de l'art : il doit être une marche vers la perfection divine.
Outre toute transcendance, l'art est un appel à la subjectivité émotionnelle. Certes, mais toute subjectivité n'est pas bonne. La raison doit être première, et celle là a conscience de ce qui est bon. Il n'y a que l'être rationnel qui peut avoir la bonne sensibilité de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Des choses aux mots : en quoi le traitement de l’objet reflète-t-il la personnalité artistique du poète ?
  • L'objet
  • L'objet
  • Excellence
  • L'objet
  • L'objet
  • L’objet
  • Produit excellence

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !