« Le mal moral est incontestablement notre ouvrage. »

2140 mots 9 pages
Dans la tradition philosophique occidentale, la présence du mal sur terre constitue un mystère qu’il faut résoudre. En effet, si un Dieu bon a crée le monde, comment expliquer que le mal y règne ? Et y fasse des ravages ? Toute l’attention semble se porter naturellement sur l’homme, celui-ci paraît être dominé par de funestes passions et s’est ainsi corrompu. Ce qui amène Rousseau à annoncer : « Le mal moral est incontestablement notre ouvrage. » Cela tendrait à signifier que le mal nait uniquement de l’action de l’homme, si tel est le cas, cela veut-il dire que celui-ci est mauvais par essence ?
Nous nous interrogerons à savoir si les deux autres œuvres au programme : Macbeth de Shakespeare et Les Ames fortes de Giono confirment la pensée de Rousseau dans La profession de foi du vicaire savoyard.
Les trois auteurs au programme sont des interlocuteurs des grands systèmes d’explication de la réalité et de l’origine du mal sur terre. Dans un premier temps, nous nous intéresserons à l’origine humaine du mal ; ensuite nous verrons si celui-ci ne peut-être uniquement imputé à l’action de l’homme et à sa nature mauvaise ; et enfin, nous étudierons le rôle que peut jouer le libre arbitre sur les choix de celui-ci. Dans le monde, l’homme occupe la première place par son espèce. Il est le « roi de la terre qu’il habite » (p.69). Il dompte les animaux, il dispose des éléments pour son industrie, il contemple et s’approprie l’univers. Plus les intérêts des hommes se croisent, plus ils deviennent rivaux car chacun trouve alors son bonheur dans le malheur d’autrui. Le paradoxe est terrifiant car à mesure que les hommes se rassemblent, ils se divisent, le mal est ainsi lié à l’homme. Mais d’où provient-il ? Probablement du fait, que l’homme est constitué de l’élévation et de la bassesse, de la raison et des

en relation

  • Le mal dans profession de foi
    1546 mots | 7 pages
  • Profession de foi du vicaire savoyard
    1884 mots | 8 pages
  • ARISTOTE
    1963 mots | 8 pages
  • Dissertation Candide
    2221 mots | 9 pages
  • Passages de rousseau
    1256 mots | 6 pages
  • Analyse tiberge dans manon lescaut
    1233 mots | 5 pages
  • Querelle Voltaire Rousseau
    1007 mots | 5 pages
  • Fiche : rousseau, la profession de foi du vicaire savoyard
    2056 mots | 9 pages
  • « Etre méchant, ce n’est pas seulement faire le mal, c’est aussi le vouloir. et ce n’est pas seulement le vouloir, c’est le vouloir en toute connaissance de cause » andré comte sponville
    3369 mots | 14 pages
  • Rousseau le mal
    2143 mots | 9 pages