Le metier de psychologue clinicien pour les adolescents atteints de tca

Pages: 5 (1198 mots) Publié le: 8 mai 2013
La psychologie dans les troubles du comportement alimentaire.

«  Quand le chagrin ne trouve pas d’issue dans les larmes, ce sont d’autres organes qui pleurent. »
Henry Maudsley,
Précurseur de la psychanalyse britannique.




Sommaire :
I. Le psychologue clinicienp.3
1) Le psychologue clinicien en général
2) Le psychologue clinicien dans les TCA

II. Les troubles du comportement alimentaire p.
1) L’anorexie
2)La boulimie

III. Les thérapies p.
1) Thérapies individuelles
2) Thérapies familliales

Bibliographie p.
Annexep.

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) font aujourd’hui partie des préoccupations de santé publique, en raison des risques induits de ces comportements sur la santé physique et mentale des individus. Les normes sociétales sur l’aspect extérieur poussent un grand nombre de personnes à se focaliser sur leur apparence physiqueet à s’orienter vers des comportements de contrôle de poids. Une pathologie essentiellement psychologique peut également être à l’ origine de ces troubles, entraînant des conséquences somatiques graves, qui retentiront elles-mêmes sur l’état psychique des patientes, contribuant ainsi à entretenir le trouble. En quoi la psychologie peut-elle aider les personnes atteintes detroubles du comportement alimentaire ? Pour répondre à cette question, nous allons tout d’abord nous pencher sur le métier du psychologue clinicien en général, sur les troubles du comportement alimentaire, et enfin, sur l’aide apportée par le psychologue aux personnes atteintes de TCA.

I. Les troubles des comportements alimentaires (TCA)
Les troubles du comportement alimentaire expriment un malêtre, caractérisé par un trouble en rapport avec l’alimentation. Il s’agirait d’une tentative de prise de contrôle sur le corps, qui découlerait d’une souffrance intérieure. Différents types de troubles du comportement alimentaire existent ; les deux plus importants sont l’anorexie et la boulimie.

1. L’anorexie.
Les premières descriptions psychopathologiques de conduite anorexique reviennentà Morton en 1689 dans son ouvrage Phtisiologia : or a treaty of consumption.
Aujourd’hui, l’anorexie touche 400000 personnes en France, essentiellement des femmes de 12 à 19 ans (90% des cas). Le mot anorexie vient du grec « anorexia » qui signifie : perte d’appétit. Mais l’origine du problème réside dans l’obsession de la minceur : une personne anorexique refuse de s’alimenter et lutte contrela faim pour ne pas prendre de poids. L’amaigrissement est rapide et important (entre 10 et 50% du poids.). On parle d’anorexie lorsque la perte de poids conduit à un maintien du poids inférieur à 85% du poids attendu (définition du DSM IV).
On distingue deux formes d’anorexie : le type restrictif pur, caractérisé par une perte de poids à travers une restriction calorique souvent associée à unepratique sportive intensive et excessive, et le type boulimique-purgatif caractérisé par des vomissements volontaires, parfois accompagné d’une prise de laxatifs et/ou de diurétiques.

2. La boulimie
Les premières descriptions de la boulimie datent de l’antiquité puis se sont précisées au XIX° siècle. Depuis 1980, la boulimie est reconnue comme maladie (DSM III ?). En France, 225000...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le psychologue clinicien peut-il établir une relation de confiance avec un enfant atteint d’autisme ?
  • Lettre motivation psychologue clinicienn
  • le psychologue clinicien spécialisé dans l’enfance et l’adolescence
  • Métier de psychologue du développement
  • Le métier de psychologue selon moi
  • Psychologue
  • Psychologue
  • Psychologue

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !