Le moi n'est-il qu'une fiction ?

Pages: 12 (2963 mots) Publié le: 2 novembre 2014
Le moi n’est-il qu’une fiction ?
Beaucoup de philosophes depuis l’antiquité donnent des théories sur la
nature même de l’âme qu’elle soit matérielle ou immatérielle. On ne sait avec certitude si l’âme est
substance. L’univers scientifique n’a quant à lui pas résolu cette énigme à ce jour. L’âme
désigne cependant à l’unanimité un principe vital dont l’une de ses facultés est la pensée.
Maisla pensée ne désigne-t-elle pas le propre de l’individu, n’établie-t-elle pas dans sa
signification les rudiments de la conscience ou encore la notion même du moi à proprement
parler ? Le moi n’est il donc qu’une fiction ? Il semble en effet difficile d’énoncer le moi
comme allégorie tout en sachant qu’il caractérise chaque individu dans son essence même.
Un sujet pensant est-il une vérité,une réalité ou alors une pure invention ? En d’autre terme,
la notion d’âme chez un individu n’est-elle que pure chimère ? Le problème est donc ici de
s’interroger sur la non existence du moi pour entrevoir dès lors d’autres suppositions. Nous
verrons d’abord que le moi se confond aux effets aléatoires de la nature humaine et
provoque le doute. Nous soutiendrons ensuite que l’identité du sujetse définie dans le moi à
l’aide de la personnalité. Enfin, nous discuterons sur l’influence du moi dans nos actions, nos
choix qui aboutissent à l’analyse du monde extérieur et donc à se saisir nous même.
Le moi est par définition un sujet pensant doté de sa propre personnalité. Or la
personnalité d’un individu ne se caractérise-t-elle pas elle-même comme l’assemblage du
corps et de laconscience ? Le corps se veut être la partie physique des êtres vivants,
l’organisme d’un individu alors que la conscience soutient quant à elle la pensée. On a par
conséquent d’un côté l’action, le corps et de l’autre le sujet, le moi. Bien que corps et
conscience soient indissociables en établissant le fait que nous pensons puis nous agissons,
la notion de réflexion apparaît cependant aléatoiredans quelques cas. Nous pouvons en
effet penser quelque chose et agir à l’inverse de celle-ci pour quelques raisons que ce soit.
De même, on peut avoir un avis personnel sur une question donnée et à la force de préjugé,
oeuvrer différemment. On ne peut donc pas coupler conscience et corps en le mot qu’est lemoi. De même qu’on ne peut confondre le sujet de ses facultés et de ses actes. Hobbessoutenait qu’on ne puisse confondre le sujet en lui-même et son action : « Je suis pensant
donc je suis une pensée… ». Il établie ici une critique de la pensée cartésienne. Selon lui le
sujet de la pensée serait le corps bien qu’il soit impossible de le prouver. On sait de plus que
sujet pensant est synonyme du moi. Donc le moi n’établirait dans sa définition que la notion
de pensée. Or unindividu est avant toute chose un corps. Lorsque l’on regarde quelqu’un,
on ne sait pas ce qu’il pense (la pensée étant une chose immatérielle), ce qu’il est, mais on
ne voit que son aspect physique et matériel. Chaque humain se différencie par son aspect
physique. Pourquoi le moi ne serait il pas alors quelque chose de corporel ? Cela nous laisse
alors à penser que le moi en tant que substancesimmatérielles n’est ainsi que pure chimère,
illusion.
Tout être se caractérise par ses humeurs au regard des autres et au regard de lui-même. Un
même individu submergé par la colère ou encore la joie ne sera perçu de la même façon par
ceux qui l’entourent. De même que les impressions qui s’empareront de lui, lui feront ressentir
les choses différemment. On peut donc ainsi dire qu’il change depersonne à chaque fois
que son humeur se modifie. Tout individu est donc le résultat de ses humeurs. Celle-ci
(passions, douleurs, colère, amour, haine…) se succèdent donc contre notre gré, elles
prennent possession , s’empare de nous et influence ainsi notre pensée. C’est ce qu’essaie
de nous dire David Hume qui considère que nous dépendons de diverses impressions. Or on
ne peut pas avoir...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La technologie n'est pas une fiction mais la fiction une technologie
  • Le roman n'est-il que pure fiction ?
  • Le roman n'est-il que pure fiction ?
  • Jeunesse n'est qu'un mot
  • La littérature n'est-elle qu'un divertissement ?
  • L'art n'est-il qu'un divertissement ?
  • La vérité n’est-elle qu’un idéal ?
  • L'art n'est-il qu'un divertissement?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !