Le monde du travail peut-il être juste ?

Pages: 10 (2464 mots) Publié le: 16 mars 2014
Le monde du travail peut-il être juste ?

Le mot travail et toutes ses traductions sont liés à la technique. Les origines latines et grecques donnent les mots tripalium, ars, tekné, ils renvoient à deux acceptions différentes du travail. Le travail peut être créations et inventions (ars) ou douleur (tripalium, labor) mais peut aussi être les deux. C’est ainsi que l’on percevait les choses,Aristote dira de l’esclave qui n’est pour lui qu’un « outil animé », en effet dans la mesure où l’homme est en un certain sens un moyen au service d’une activité, il est aisé et parfois même tentant de le réduire à cette dimension d’objet se limitant à sa fonction utilitaire. La justice, avant d'être une institution humaine, est avant tout un sentiment intuitif. Tout le monde à un jour ou l'autreprotesté face à une décision provenant d'une autorité (parents, professeurs, patrons etc.): « ce n'est pas juste ! ». Le sens du juste apparaît donc comme évident, mais comment le définir ? La notion de droit, elle aussi, pose problème. Dans un sens juridique, elle désigne l'ensemble des lois existantes dans une société donnée. Mais cette notion appelle également les libertés fondamentales de toutêtre humain, indépendamment de la société donnée : »la liberté des uns s’arrête là où commence celle de autres » (John Stuart Mill) .Il est donc logique de se demander si le monde du travail peut être juste ? Pour y répondre je pense qu’il faut premièrement s’intéresser à l’aspect éthique du travail car la notion de justice se basé sur l’éthique. Et deuxièmement l’application pratique de la justicesupposé exister.


I. Le travail, une éthique unique


Pour Hannah Arendt dans La condition de l’homme moderne : « Dire que le travail et l’artisanat étaient méprisés dans l’antiquité parce qu’ils étaient réservés aux esclaves, c’est un préjugé des historiens modernes. Les anciens faisaient le raisonnement inverse : ils jugeaient qu’il fallait avoir des esclaves à cause de la natureservile de toutes les occupations qui pourvoyaient aux besoins de la vie. » (Hannah Arendt, La condition de l’homme moderne). Dans l’antiquité ce n’était pas parce que le travail était réservé aux esclaves qu’il était méprisé par les hommes, c’est au contraire parce qu’il est par nature une activité servile qu’il fallait des esclaves pour l’accomplir, seule condition pour pouvoir être un homme libre.Autrement dit, la liberté des uns se payait par la servitude des autres. Cette manière de considérer les choses pouvait très bien se concevoir dans une civilisation dans laquelle l’individu humain n’était rien à lui seul, mais n’avait de valeur qu’en fonction de son appartenance à un peuple, une caste, en fonction de son statut juridique, social ou politique. Avec la modernité, les modes dereprésentation changent et l’avènement de la bourgeoisie comme classe dominante donne à l’individu une existence, mais une existence toute formelle qui devra prendre corps au cours de l’histoire. Il n’empêche que le progrès des Lumières a fait en sorte qu’il est devenu inconcevable qu’un homme puisse conformément à la loi appartenir à un autre homme, et même si certaines formes d’esclavage existentmalheureusement encore dans les faits, plus aucun Etat n’oserait aujourd’hui rétablir juridiquement l’esclavage. Si donc la question de l’´éthique dans l’organisation du travail se pose aujourd’hui, c’est qu’il est désormais impossible de se représenter le monde comme séparé en deux, d’un côté les hommes libres qui ne travaillent pas et qui considèrent le travail comme une activité méprisable et del’autre le « bétail humain » qui n’aurait d’autre destinée que de travailler pour rendre possible la liberté des premiers. Bien au contraire le travail est aujourd’hui devenu une valeur, il a pris une dimension libératrice et celui qui est sans travail est considéré comme un exclu. Certes, il reste des distinctions sociales et des inégalités injustes, mais elles se fondent plus sur la nature du...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La loi peut-elle être juste ?
  • La loi peut-elle être juste ?
  • Peut-il être juste de désobéir ?
  • La guerre peut elle etre juste
  • Peut il etre juste de désobéir ?
  • Peut-on être heureux sans être juste?
  • Peut-on etre citoyen du monde ?
  • Peut il etre juste d'enfreindre la loi

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !