Le parlement pendant la cinquième république

2412 mots 10 pages
François Mitterrand, durant sa présidence, estimait que « par réaction [aux IIIème et IVème Républiques], la Vème République [avait] multiplié les garanties capables d’assurer l’autorité et la stabilité de l’exécutif, mais [qu’elle n’avait] pu le faire qu’en réduisant à l’excès le rôle du Parlement ». En effet, le plus grand trait de la pensée constitutionnelle de de Gaulle et de Debré, qui sont les deux principaux inspirateurs de la Constitution de la Vème République réside précisément dans le renforcement de l’exécutif, naturellement au détriment du législatif incarné par le Parlement par rapport au rôle qu’il avait eu dans les deux précédents volets de l’histoire républicaine française, au sein desquelles l’instabilité gouvernementale était immense du fait de la facilité, pour le Parlement, de renverser un gouvernement et plus loin, du fait de l’impossibilité politique pour l’exécutif d’utiliser son moyen de pression vis-à-vis du Parlement.
C’est donc pour éviter la « valse des Ministres » ou le « gouvernement des partis » que de Gaulle a mis en place la Vème République comme il l’expliquait déjà en 1946 dans le discours de Bayeux, et c’est pour renforcer encore ce renforcement de l’exécutif qu’il a eu la pratique constitutionnelle et institutionnelle tant décriée à l’époque par un Michel Debré favorable à une lecture moins présidentialiste de la Constitution.
Afin de garantir cette stabilité gouvernementale, et donc de limiter l’autonomie du Parlement, le constituant met en place les systèmes du parlementarisme dit « rationalisé », qui tendent à amenuiser la possibilité de renverser le Gouvernement pour le Parlement, mais il va encore plus loin puisque non seulement le rôle du Parlement est réduit pour ce qui est de son rapport à l’exécutif en tant que deux pouvoirs qui s’arrêtent mutuellement dans la ligne de la pensée de Montesquieu, mais alors que le Parlement n’a que peu de possibilités d’intervenir de façon directe dans l’exercice de l’exécutif, le

en relation

  • La fonction présidentielle sous la cinquième république.
    2894 mots | 12 pages
  • Peut-on parler d’un déclin du rôle législatif du parlement sous la cinquième république ?
    3484 mots | 14 pages
  • L'origine de la cinquième république.
    1419 mots | 6 pages
  • Les pouvoirs du président
    2392 mots | 10 pages
  • La République selon De Gaulle, continuité ou rupture ?
    1537 mots | 7 pages
  • Cour droit public
    697 mots | 3 pages
  • La procedure legislatif
    981 mots | 4 pages
  • LES REVISIONS SOUS LA CINQUIEME REPLES REVISIONS SOUS LA CINQUIEME REPUBLIQUEUBLIQUE
    1360 mots | 6 pages
  • Le vote du parlement
    1584 mots | 7 pages
  • Article 11 de la constitution
    1398 mots | 6 pages