Le peuple dans la pensée politique du XVIe au XVIIIe siècle

Pages: 10 (2320 mots) Publié le: 3 décembre 2014
REYNES Maxence 26/11/2014













Idéologies politiques modernes




Le peuple dans la pensée politique du XVIe au XVIIIe siècle













Nos vies politiques modernes sont encore organisées autour de la relation de commandement à obéissance à laquelle nous soumet la souveraineté étatique. Cette notion d'obligation à un pouvoirpolitique centralisé est une forme particulière de soumission qui apparaît au XVIe siècle à travers la pensée de Bodin, et se développe plus précisément encore au XVIIe XVIIIe siècles avec les penseurs tels que Hobbes ou Locke en Angleterre. Cette étape de l'histoire occidentale est cruciale dans le processus de transformations de nos institutions politiques et les idéologies qui en découlent en faisantla transition de la monarchie d'Ancien Régime jusqu'à la République.
L'apparition du protestantisme en Europe au XVIe siècle replace l'individu au centre de la société, par la création de l'idée de l'état de nature en rapport avec la remise en cause de la légitimité du pouvoir politique. Gutemberg aidant, ce protestantisme contribue fortement à la propagation des idées, du fait que chaqueindividu se doit de lire la Bible par lui-même et doit être alphabétisé.
La Renaissance est une période historique marquée par une forte centralisation du pouvoir, qui l'apogée en France avec le très célèbre Roi-Soleil. Afin de légitimer cette évolution qui est ni plus ni moins qu'un processus d'aliénation des individus au souverain, certain penseur vont commencer à penser le peuple en tant qu'entitésingulière et théoriser sa fonction politique.
Certains penseurs comme Rousseau vont remettre en cause cet absolutisme propose de penser le peuple comme base de tout pouvoir par le biais d'un contrat social qui lui permette de vivre en société.
A travers l'étude de l'idéologie de quatre penseurs européens, on peut se demander comment l'idée de peuple s'est politisée ?
Nous étudierons dansune première partie le peuple en tant que sujet asservit à la volonté souveraine du roi, puis dans un second temps, le peuple devenu le centre névralgique des réflexions politiques et philosophiques.


-




I. Un peuple originellement soumis à une instance supérieur : le Roi



Les individus qui composent la population ont d'abord été soumis à la Volonté du « Prince », avant d'êtresoumis à l'autorité suprême du Roi par contrat.


A. Machiavel et « le Prince »


Historiquement dans l'Europe Occidentale, le peuple se devait de répondre à une classe dominante, le roi, un seigneur, lui devant obéissance en retour de l'assurance de la sécurité et de l'ordre. Avec la Renaissance et l'apparition de nouvelles formes de pensées libertaires comme le libertinage entre autre, desauteurs commencent à penser le peuple comme une entité réelle et ayant des conséquences direct sur le devenir d'une nation et son exercice du pouvoir.
Nicolas Machiavel (1469-1527) a été l'un des premiers à théoriser sur le sujet. Florentin de naissance, il fut un historien, un théoricien et philosophe de la politique et de l'art militaire. Encore aujourd’hui présenté comme un individu sansidéal et cynique, ses écrits montre un homme soucieux du bien public et qui cherchait à donner à Florence une force politique manquante. Par nature méfiant sur la nature mauvaise de l'homme, il recherchait l'efficacité de la politique du prince, pour son bien, et par voie de conséquence, de sa nation et de son peuple. Rousseau dira : « En feignant de donner des leçons aux rois, il en a donné degrandes aux peuples. Le Prince est le livre des Républicains »1.
Le Prince est donc le chef de l'Etat selon Machiavel, et doit diriger l'ensemble de la principauté qui est sous sa domination directe. Il doit faire preuve du virtu pour s'adapter au mieux aux aléas de la fortuna. Pour ce faire, il ne doit souffrir d'aucune limitation contrariant son pouvoir, que ce soit d'ordre religieux ou familial....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les lumières du xvie au xviiie siècle
  • Voyages et découvertes, xvie au xviiie siècle
  • Les réflexions politiques au xviè siècle
  • Les cours souveraines de la france moderne (xvie
  • Les inegalités sociales dans la france dès xvie, xviie et xviiie siecles
  • Villes et pouvoir royal (xvie-xviiie siècles)
  • Xvie siecle
  • Le xvie siecle

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !