Le phénix

257 mots 2 pages
Au début, la fable est donc très élégiaque. Le phénix est présenté comme un oiseau unique et quelque part inaccessible. Tout le monde l'admire, « cet éclat que j'admire », est enchanté « enchanta mon âme ravie », l'envient « il éblouit mes yeux et toujours les attirent ». Tous on « envie de louer et d'aimer » leur « vainqueur ». Ce phénix est donc présenté comme « le roi des oiseaux », un « immortel » de par le fait qu'il ressuscite donc aussi un « enfant du ciel » et un « vainqueur »
Dans une première grande partie, nous verrons que l’auteur fait un portrait élogieux du phénix nous verrons ensuite dans une seconde grande partie que le dénouement renvoie à une morale implicite.
Le Phénix, unique oiseau de son espèce, était un animal fabuleux, doté d'une longévité miraculeuse, qui avait le pouvoir de renaître de ses cendres.
Comme un roi admiré par ses sujets, c'est par les yeux des oiseaux de "nos bois" (vers 2) que Florian dresse un portrait élogieux, voire excessivement louangeur, du "roi des oiseaux" (vers 18).
Ce point de vue est marqué par le champ lexical du regard ("observe" et "examine", vers 5 ; "les yeux", vers 8 ; "admire", vers 14 ; "mes yeux", vers 15) qui indique clairement l'intérêt visuel que suscite l'arrivée inopinée du phénix dans nos contrées, et qui décrit l’envie irrépressible des autres oiseaux qui se sentent en infériorité face au phénix.

b) Un oiseau roi, d'ascendance céleste
Ce qui différencient les phénix des autres volatiles (rossignols, paons, tourterelles) sont de petites caractéristiques issues de leur ascendance céleste, comme un chant mélodieux

en relation

  • Phénix
    333 mots | 2 pages
  • le phénix
    1109 mots | 5 pages
  • Phénix
    1347 mots | 6 pages
  • Le phénix
    315 mots | 2 pages
  • Phenix
    331 mots | 2 pages
  • le phenix
    1016 mots | 5 pages
  • Le Phénix
    613 mots | 3 pages
  • Phenix
    330 mots | 2 pages
  • Le phénix
    1945 mots | 8 pages
  • Florian, "le phénix"
    982 mots | 4 pages