Le projet de hume

Pages: 14 (3380 mots) Publié le: 2 janvier 2012
Le projet de Hume

A la suite de Locke et des Lumières anglo-saxonnes (de ce scepticisme constructif dont Newton est emblématique), Hume remet en cause les capacités de la raison dans le domaine de la connaissance. Dès lors, répondre à la question « comment connaissons-nous ? » engage un projet résolument novateur. Hume écrit ainsi à John Arbuthnot que, s’il s’est jeté dans la philosophie dèsl’âge de 18 ans avec enthousiasme, c’était dans le but d’inaugurer un nouveau genre de philosophie, « a new scene of thought ».
Il y a, en effet, nécessité de remédier à l’état déplorable des sciences dont il dresse le tableau au début du Treatise Of Human Nature (et qui n’est pas sans rappeler le « Kampfplatz der Metaphysik » dont parlera Kant dans la Critique de la Raison Pure). Certes, comme leremarque Hume, il est facile de critiquer ce qui a été fait avant pour faire valoir son travail, mais ce tableau de la confusion qui règne dans les sciences morales n’est pas ici un artifice purement rhétorique ; il illustre et appelle l’attention sur la nécessité d’une révolution méthodologique capable de produire une véritable philosophie morale.
En effet, contrairement à la philosophienaturelle, qui grâce à Newton a réussi à établir des lois reconnues par tous, cet autre genre de philosophie qu’est la philosophie morale (ce qu’aujourd’hui nous appelons philosophie) n’est qu’un lieu de tumulte et de dispute, où seule la rhétorique vaut et où
Le peu d’espoir de parvenir à la vérité en philosophie morale en détourne les hommes. Pourquoi cette faiblesse de la philosophie morale parrapport à la philosophie naturelle ? Ne peut-on espérer parvenir aux mêmes progrès dans ce genre de philosophie ? C’est le défi que Newton lance en 1704 à la fin de son Optique et que Hume tâche de relever. Il s’agit d’appliquer la même méthode qui a si bien réussi en philosophie naturelle à la philosophie morale.
Si Hume peut relever le défi newtonien, c’est bien parce qu’il considère la philosophiemorale comme une science parmi d’autres, c’est-à-dire comme un genre de connaissance qui ne diffère que par son objet de la science physique. Elle est donc en droit susceptible d’un traitement identique (comme il l’explique dans l’introduction du Treatise of Human Nature) même si son objet suscite des difficultés particulières :
Il y a ainsi à la fois une unité de la science et différents genresselon les objets des sciences particulières. Cette position de l’unité de la science (dire que la philosophie morale n’est qu’un genre de science) amène Hume à récuser les "genres" habituellement pratiqués de cette philosophie et les méthodes qui y correspondent.

Les deux genres de philosophie (species)

Selon Hume on peut distinguer à travers l’histoire deux genres de philosophie (dansl’introduction du Treatise of Human Nature, Hume fait référence à l’un seulement, mais dans sa lettre à Hutcheson (du 17 septembre 1739) puis en 1748 dans la première section de l’Enquiry,2 il distingue entre deux genres de philosophie.
Pour Hume la philosophie morale est la partie de la connaissance qui
se rapporte à la nature humaine, et ainsi les deux conceptions classiques de l’être humain, commeêtre de raison et comme être sensitif donnent naissance à deux genres (species) de philosophie. Les philosophes qui considèrent l’être humain comme un être de raison développent une philosophie abstruse, tandis que ceux qui le considèrent avant tout comme un être sensitif s’adonnent à ce que Hume appelle la philosophie "facile".
Cette philosophie "facile" a toujours eu du succès auprès du grandnombre, et ce à juste titre. Même si elle n’explique rien et fait plus appel aux prestiges de la rhétorique qu’à la rigueur du raisonnement, elle a une efficacité. En s’appuyant sur la nature humaine dont elle amplifie seulement les effets (par le choix des exemples, des couleurs, etc.), elle nous rend plus sensibles l’attrait ou le dégoût par lesquels la nature humaine nous guide vers la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Soi hume
  • hume
  • Hume
  • Hume
  • Hume
  • Hume
  • Hume
  • Moi, hume

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !