Le roman

904 mots 4 pages
Le roman a pour vocation première de divertir. Il n'est donc pas « utile » et ne cherche pas nécessairement à changer le monde. D'ailleurs, les écrivains comme Molière critiquaient la société sans perdre cette dimension de divertissement à travers leurs satires et leurs comédies. Si Montesquieu avec les lettres persanes ou Prosper Mérimée avec Carmen prennent des personnages d'autres horizons, c'est que le lecteur est en demande d'exotisme. Le roman n'est donc peut être pas le support le plus crédible pour diffuser de nouvelles idées. L'expression d'un point de vue ne produit qu'un changement superficiel. Le roman est fictif par définition. Il est donc nécessairement en décalage avec la réalité. Il peut essayer de la retranscrire, comme la comédie humaine de Balzac, ou les œuvres de Zola; la rendre plus poignante, mais il ne peut pas la reproduire. On peut donc difficilement lier le roman à des problèmes concrets et réels. D'après Stendhal « un roman, c'est un miroir que l'on promène le long d'un chemin » ;le roman se doit d'être le reflet de la réalité mais il ne reste qu'une réalité partielle, et l'auteur ne montre que ce qui l'intéresse, comme dans le roman autobiographique l'enfant de Jules Vallès où ce dernier parle de sa jeunesse malheureuse. Le lecteur n'attend pas du roman qu'il change sa vie. Il cherche bien souvent à se divertir. Le roman propose alors un divertissement susceptible de permettre au lecteur d'échapper à la réalité comme dans les romans d'aventures comme le tour du monde en quatre-vingt jours de jules Vernes ou les romans fantastiques comme les seigneurs des anneaux de John Tolkien. Le roman permet donc au lecteur de s'évader et d'échapper à la réalité par plusieurs moyens comme se glisser dans la peau du personnage; éprouver des sensations et des sentiments; ou se retrouver dans un autre cadre spatio-temporel, comme dans l'extrait les misérables de Victor Hugo ou Cosette se retrouve seule dans la forêt. Depuis toujours, le roman

en relation

  • Le roman
    683 mots | 3 pages
  • Roman
    2311 mots | 10 pages
  • Le roman
    2375 mots | 10 pages
  • Le roman
    1105 mots | 5 pages
  • Le roman
    501 mots | 3 pages
  • Le roman
    1164 mots | 5 pages
  • Roman
    687 mots | 3 pages
  • Le roman
    1702 mots | 7 pages
  • Le roman
    2314 mots | 10 pages
  • Le roman
    4291 mots | 18 pages