Le travail de lhistoire

5135 mots 21 pages
Le travail de l'histoire

De l'origine du travail à l'abolition du salariat
1. L'origine du travail
Contrairement à ce qu'on peut croire, ce n'est pas le mépris du travail qui a provoqué l'esclavage, comme si le travail existait avant l'esclavage ; c'est plutôt l'esclavage qui a inventé la notion de travail comme activité dominée productive. Le travail commence, en effet, avec le Néolithique, c'est-à-dire l'invention de l'agriculture. La conquête des Amériques et la colonisation de l'Afrique nous ont habitué au fait que, non seulement toutes les sociétés ne connaissaient pas le travail, mais que la plupart des populations "primitives" s'y refusaient, n'y voyant qu'une contrainte inutile et se suffisant de couvrir leurs besoins journaliers. On pense désormais que l'agriculture s'est diffusée à partir d'un seul point (la Palestine : Jéricho, Mureybet vers -8000) sur tous les continents, sauf les Amériques avec une autre naissance beaucoup plus tardive au Mexique. S'il n'y a pas eu de contact entre ces deux points, il est d'autant plus remarquable de constater que l'invention de l'agriculture s'est faite, dans les deux cas, après un regroupement en villages et comme un service aux dieux menaçants pour "gagner sa vie". Les premières pratiques de l'agriculture se présentent elles-mêmes comme se substituant aux dieux (à la nature), ne gagnant le droit de vivre qu'à produire la nourriture des dieux cultivée d'abord uniquement pour les offrandes (voir mon histoire des religions). A partir de cette première domination productive, de cette soumission aux lois de la nature, qui était pour beaucoup de peuples une transgression de l'ordre naturel, l'homme allait devenir peu à peu l'égal des dieux qu'il servait en façonnant la nature par son travail. L'agriculture a multiplié rapidement les populations et les richesses. Plus lentement, mais tout aussi sûrement, le travail réfutait la magie malgré les initiations alchimiques de l'âge du bronze, alors que l'accumulation de

en relation

  • merimee
    4043 mots | 17 pages
  • L'historien et les mémoires de la guerre
    2724 mots | 11 pages
  • La Chrétienté médiévale
    4445 mots | 18 pages
  • document
    2310 mots | 10 pages
  • exposeecrit_oral
    1986 mots | 8 pages
  • la famille
    9514 mots | 39 pages
  • Fiche_5_argu_candide
    1066 mots | 5 pages
  • education
    1994 mots | 8 pages
  • 04e8725518c112d
    3189 mots | 13 pages
  • Le rêve américain
    850 mots | 4 pages