Lecture analytique "l'illusion comique"

Pages: 6 (1428 mots) Publié le: 23 février 2012
Acte 5, scène 5.

Dans examen (1660) de la pièce, Corneille écrit « le 5eme acte est une tragédie assez courte pour n'avoir pas la juste grandeur que demande Aristote et j'ai taché d'expliquer. Clindor et Isabelle, étant devenu comédien sans qu'on le sache, y représente une histoire qui a un rapport avec la leur et semble être la suite. Quelques unes ont attribué cette conformité a un manqued'imagination, mais c'est un trait d'art pour mieux abusé par une fausse mort le père de Clindor qui les regardes, et rendre sont retour de la douleur a la joie plus surprenant et agréable ». Le « trait d'art » consiste donc a crée l'illusion pour mieux la dissipé en suscitant une émotion fondé sur la surprise et le plaisir la formule classique qui mène l'introduction et le divertissement est déjàbien pressent dans cette pièce baroque de Corneille.
Dans cette tragi-comédie Pridamant consulte le puissant mage, Alcandre afin de prendre des nouvelles de son fils Clindor qui n'a pas de nouvelle depuis 10ans, pour satisfaire la curiosité de son visiteur, Alcandre faire apparaître des spectres dans sa grotte afin qui représente Clindor et ceux qui l'entoure de les suivent dans la pièce 5 del'acte 5, Pridamant assiste a l'assassinat de son fils.
La scène qui suit semble être le dénouement, laisse son désespoir jusqu'au dernier moment où il se rend compte que la fine st plus heureuse.

Problématique : En quoi ce texte peut il construire un plaidoyer pour le théâtre et en quoi peut il être représentatif du baroque ? Afin de répondre, nous verrons dans le
I- La magie du théâtre
II-Plaidoyer pour le théâtre
III- Le théâtre dans le théâtre, (mise en abime)

I- La magie du théâtre

Cf didascalie : le rideau se relève (l1). Au moment où l'illusion va se dissiper. Normalement une scène ordinaire : le rideau se baisse : fin ici inversé. C'est une caractéristique du baroque, idée sur laquelle le théâtre fonde l'illusion est le genre qui le dissipe le mieux. Mais si le rêveest la réalité, la réalité peut donc se révéler un songe. L'étonnement (= frapper par le tonnerre) de Pridamant est marquer par la question initiale (v3) «  que vois-je ? » est immédiatement suivie pas sa réponse, un autre question « chez les morts, comptent-on l'argent ? ». L'étonnement est traduit par se fort contraste entre « deux mondes » : celui des morts et celui des vivants, methonyquementpar l'argent. La 2nd réplique du père le souligne encore plus, trois exclamations se succèdent dans un alexandrin (v5) . Alors que la remarque ironique (v4) aurait dû ramener Pridamant à la réalité, Pridamant est encore dans l'illusion. Il revient a la réalité (v21), il et si étonné que cette illusion ne se dissipera que au (v21), marquer par une exclamation et un alexandrin réduit a l'hémistiche« mon fils comédien ! ».
« Charme » ( au XVII° : artifice magique, un sortilège, vient du latin: Carmen= formule d'incantation magique pour guerrir une blessure : filtre magique, le sens figurer reste le charme d'appât ) (v7).

Comment se traduit ce sortilège ?

Des morts se livrent a des taches de vivants.
Leur discourt sont effacé, à un moment on nous dis « comme par magie » d'où cetteétrange surprise au (v5). Étrange (=extraordinaire).
Le quiproquo cesse quand Pridamant comprend qu'il faut dissocier le comédien du personnage, le comédien n'est pas le personnage, il joue.
Alcandre s'acharne a détruire l'illusion, la magie, sa 29eme réplique (v10) « leur » (v10), le 1° hémistiche rentre en résonance avec le terme pratique, jouer sur le théâtre est un moyens de gagner sa vie.« Chima » (v13) est une figure de style, opposition, dans ce chiasme, Corneille encadre l'illusion (combat et mort) parce qu'il sont vraiment en réalité « paroles ». Le comédiens n'est pas son personnage, et le seul intérêt qu'il prend est celui de l'argent touché a la fin de la représentation. Il y a une démystification du métier de comédiens et donc un dévoilement assez scénique de ce qu'est en...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Lecture analytique, l'illusion comique de corneille
  • Lecture analytique : Corneille : L’Illusion comique (I, 1)
  • fiche de lecture l'illusion comique
  • Lecture analytique acte v, scène 6 l'illusion comique
  • Lecture analytique l'illusion comique acte v, scène 5
  • Lecture analytique acte 1 scene 7 l'illusion comique
  • Lecture analytique acte i scène i l'illusion comique (corneille, 1636)
  • Lecture analytique: Corneille – L’illusion comique – V – 5 . 1636

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !