LES AVANTAGES ET LES INCONVIENT DE L’ECOLE DANS SOUS L’ORAGE

1408 mots 6 pages
EXPOSANTS
LAYE CYBER TEL : 00221776218121
PLAN
INTRODUCTION :
A/PRESENTATION DE L’ŒUVRE
B / AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE L’ECOLE DANS SOUS L’ORAGE
a. LES AVANTAGES
b. LES INCONVENIENTS
CONCLUSION :

==========================================
INTRODUCTION : Sous l’Orage » est une œuvre écrite par Seydou Badian et publiée en 1957 aux éditions « Présence africaine ».Seyou Badian (de son nom complet Seydou Badian Kouyaté) est malien. Né en 1928, il fait partie de ces écrivains maliens de la première génération (à l’instar de Cheikh Hamidou KANE ou CAMARA Laye) et a effectivement connu le passage du monde traditionnel au monde moderne. Dans ce ROMAN il traite du déracinement, de l’acculturation, de la colonisation en développant aussi bien le thème de l’école française de ses avantages et de ses inconvénients.
PRESENTATION DE L’ŒUVRE
Sous l’orage » est ce que l’on pourrait appeler un roman de mœurs sociales dont le thème général est le conflit des générations.
Le livre raconte l’histoire d’un amour naissant entre Kany et Samou. Kany est une jeune adolescente qui va à l’école « des Blancs ». Elle est la fille de Benfa et de Téné. La famille, fort imprégnée de traditions, vit dans une petite ville .
Samou, lui aussi, va à l’école. Coumba, sa mère, l’élève seule. Kany et Samou s’entendent bien et font des projets d’avenir. Le père Benfa réunit une sorte de conseil de famille et décide du mariage de Kany avec un homme plus âgé et déjà marié, Famagan. Cette décision provoque bien entendu des remous : la mère de Kany, clairvoyante mais soumise à la tradition, invoque les esprits pour que Kany accepte ; Birama, frère aîné de Kany, soutient sa sœur mais sans trop oser affronter le père ; Kany, elle, s’oppose fermement à ce projet et provoque la colère de Benfa. Deux clans se sont formés : celui des « modernistes » et celui de ceux qui soutiennent ou se soumettent à la tradition.
Celui-ci décide d’envoyer Kany et

en relation

  • Ibiza
    124279 mots | 498 pages