Les fraçais et la monarchie de 1879 à 1793

897 mots 4 pages
Lavalard Pour le 31 Mars 2010
Marion
2°D

Critique : Valse avec Bachir

Valse avec Bachir un film d'animation, documentaire réalisé par Ari Folman en 2008 il dure environ 1h20. Ce film nous plonge dans le massacre de Sabra et Chatila en 1982 lors de l'intervention militaire israélienne au Liban. Le spectateur suit la quête de souvenir de l’un de ces soldats Ari Folman, car il s’agit d’un film autobiographique,

L'animation du film donne un côté irréaliste à celui-ci, utiliser l'animation rend ce film peu crédible pour un sujet comme la guerre, je ne suis pas persuadé que l'animation soit le bon choix pour ce type d'histoire. Cependant il nous change du film d'animation pour enfant et c'est un format idéal pour représenter de nombreuses séquences oniriques comme, le rêve du personnage principal qui se demande s'il n'est aussi devenu une sorte de nazi et qui en sortant de la mer prend conscience qu'il a indirectement participé au massacre. Le massacre des camps de réfugiés palestiniens à Beyrouth aurait pu être abordé par un film de guerre, à grand renfort d’explosions et de sang. Mais non, on l'aborde ici par une voie détournée, par des dessins animés et le récit de soldats israéliens... dont le réalisateur lui-même.

Un des défauts de ce film est d'être une fiction documentaire qui manque d'une des qualités principales du documentaire ; à savoir, restituer pleinement au spectateur le contexte de ce qu'il raconte en partant du principe que le spectateur est novice. En effet, ici, tout est raconté sans explications comme si on comprenait exactement de quel événement on parle et où chacun se situe historiquement . Du coup, quand on n'est pas connaisseur, tout est confus et on passe à côté de beaucoup de choses qui auraient pu nous enrichir. Quelque passage du film font réaliser que c'est un documentaire comme des interviews, ou les images d'archives de la fin.
Il traite de la mémoire, de ce qu'elle se rappelle et de ce qu'elle tente vainement

en relation

  • Droit
    46238 mots | 185 pages