Les influences de la musique Américaine sur les œuvres de Dvorak, Gershwin, Ravel et Copland.

7920 mots 32 pages
Les influences de la musique Américaine sur les œuvres de Dvorak, Gershwin, Ravel et Copland.

Introduction. L’histoire des Etats-Unis est un merveilleux exemple. Celui d’un peuple qui, en moins de trois siècles, s’est formé et placé au premier rang de la civilisation. Idéaliste et positif, indépendant et discipliné, enthousiaste et averti, il ne possède pas d’antiques archives, mais la légitime fierté d’être devenu l’un des principaux centres d’attraction du monde. Issu de la vieille Europe, l’Amérique accueille et inspire ceux des nombreux éléments qui s’en détachent pour venir se ranger sous sa bannière étoilée. C’est celle d’une nation dirigée par des élites dont l’autorité et le talent d’organisation demeurent fidèles aux sentiments élevés de liberté. La musique traditionnelle américaine va avoir des influences sur des compositeurs, venant des Etats-Unis ou d’ailleurs. Nous citerons notamment DVORAK et RAVEL, où leur voyage en Amérique les inspireront énormément leurs œuvres ; GERSHWIN, l’un des premiers compositeurs dit de la musique « moderne » ou « savante », qui retrace cette musique traditionnelle dans ces œuvres ; et aussi COPLAND, dont il voulut le désir de réaliser une œuvre « que l’on reconnaîtrait immédiatement comme étant américaine de caractère ». Nous allons tout d’abord étudier le folklore américain, des musiques amérindiennes jusqu’au « free-jazz », en passant par les traditions blanches ; puis nous allons voir les influences sur les compositeurs de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle.

PREMIERE PARTIE : LA MUSIQUE TRADITIONNELLE AMÉRICAINE Nous avons trois éléments principaux sur la musique traditionnelle américaine : la musique des tribus indiennes qui aurait pu constituer la base folklorique des Etats-Unis si l’Indien avait été absorbé et avait eu sa place dans la civilisation nouvelle ; le second est celui que l’esclave noir a apporté d’Afrique et qui s’est modifié jusqu’à acquérir un

en relation

  • Musique séquence 3 option
    24938 mots | 100 pages