Les obsèques de la lionne commentaire fait sur une version théâtrale

441 mots 2 pages
Forme : octosyllabes / alexandrins.
L’orgueil du roi
Voici quelques termes significatifs qui désignent le roi ou qui se rapportent à sa qualité : « Prince » (3), « ses Prévôts » (8), « maître » (21), « Monarque » (33).
Les marques de la possession du roi sont les adjectifs possessifs « sa Province » (6), « ses Prévôts » (8), etc. L’expression « un tel jour, en tel lieu » (8) rappelle sa puissance : c’est lui qui décide (+ impératifs aux vers 36 et 37). Il est par ailleurs condescendant à l’égard du cerf (33-34).
Sa colère est « terrible » (30-31 : rejet) et on note bien sûr l’esprit de la vengeance (31-38).
Le champ lexical de la divinité (= le roi) est omniprésent : « tes membres profanes » (35) versus « nos sacrés ongles » (36), « immolez » (37), « mânes » (38), « apothéose » (= admission dans le royaume des saints), etc.
Cependant, c’est un roi crédule (cf. moralité finale de la fable).
Le caractère des courtisans
Des fidèles serviteurs : ils consolent le roi (4) et l’imitent (15-16). Le terme « caméléon » (21) provient du grec et signifie littéralement « lion [qui se traîne] à terre » / « lion bas comme le sol » : les courtisans obéissent / s’adaptent aux humeurs du roi (17 à 23 ; « singe du maître », 21).
On relève l’allusion à Descartes (les animaux-machines) aux vers 22 et 23.
Aux vers 28-29, la délation est évoquée au moyen d’un rythme rapide (octosyllabe / allitération en [l]). De plus, le délateur (qui n’est pas identifié) semble mentir : « Le Cerf ne pleura point » / « Un flatteur […] soutint qu’il l’avait vu rire. »
Le mensonge du cerf
Le cerf est habile (39 à 49) : il est vengé de la mort de « sa femme et son fils » (26-27), mais se justifie tout autrement. Les passés composés des vers 42 et 43 témoignent de son agilité à se placer en tant que spectateur de la scène qu’il évoque. Le récit est enchâssé : il rapporte les paroles de la reine. Il parvient à convaincre le roi grâce à la sérénité de son discours.
L’art de la satire
La Fontaine

en relation

  • Analyse
    18034 mots | 73 pages
  • EAF_1S1_sujet_DS_4_heures_CORRIGE
    6745 mots | 27 pages
  • Corrigé eaf 1ere s corpus anouilh, montesquieu et voltaire
    6746 mots | 27 pages
  • En quoi le récit littéraire avec les moyens qui lui sont propres est il efficace pour argumenter
    25962 mots | 104 pages
  • Ob_2d53b6_sujets Annabac Et Autres
    25163 mots | 101 pages
  • Les différents sujet de bac
    25172 mots | 101 pages
  • Textes programme français première
    14942 mots | 60 pages
  • Littérature française moyen âge
    32375 mots | 130 pages
  • Littérature française
    58770 mots | 236 pages
  • Edick
    30502 mots | 123 pages