Les violences dans les cités

Pages: 19 (4503 mots) Publié le: 29 janvier 2010
Violence dans les Cités:
Quels sont les moyens mis en œuvre pour résorber et réprimer la violence de cité et sont ils efficaces ?
La violence de cité, phénomène de société faisant depuis quelques années la une de l'actualité, est devenue une des préoccupations majeures du monde politique.
Confronté à l'aggravation du sentiment d'insécurité, à la violence effectuée par des individus deplus en plus jeunes, et à l'extension du phénomène, l'état, devant assurer son devoir de protection, a dû s'adapter à cette nouvelle forme de délinquance de masse.
{draw:frame}
SOMMAIRE :
I – AUGMENTATION ET CAUSES DE VIOLENCES URBAINES:
III- REPRESSION :
CONCLUSION :
Introduction
Au début des années 1980, la France à vu naître les premièresgrandes émeutes urbaines à travers les incendies de véhicules et des batailles rangées entre jeunes adolescents de banlieue et force de l’ordre. Aujourd’hui celles-ci sont de plus en plus rares et ont laissé place à une délinquance quotidienne sournoise et violente dont les auteurs sont de plus en plus jeunes.
En réponse aux premiers troubles de 1980, un ministère de la ville est créé. En 1999,Lionel Jospin, le Premier ministre déclare que la sécurité est la deuxième priorité du gouvernement, après l’emploi.
Dans cet exposé, nous allons tenter de répondre aux questions suivantes : Quelles sont les principales causes de la violence dans les cités ? Comment prévenir les jeunes ? Les moyens mis en œuvre pour lutter contre elle sont ils efficaces ?
I – AUGMENTATION ET CAUSES DE VIOLENCESDANS LES CITES :
Tout d’abord nous allons vous parler des Augmentations Il porte sur le recensement de tous les faits constatés par procès-verbal transmis au parquet. Ce ne sont pas des faits jugés. Ces statistiques expriment la criminalité apparente, contrairement aux statistiques du ministère de la justice qui font état de la criminalité légale, et aux chiffres qui comprendraientl'ensemble des crimes et délits commis, nommée criminalité réelle.
Ces statistiques permettent de disposer de données précises sur l'état de la criminalité, de la population et de la géographie criminelle ainsi que d'une analyse par grandes catégories d'infractions.
Mais malheureusement, les statistiques sont faussées selon la nature des crimes et des délits. Certains faits sont presquetoujours portés à la connaissance des autorités : ce sont les infractions ne pouvant passer inaperçues (vol à main armée, homicide ou prises d'otage) ou les infractions ayant comme conséquence un dédommagement rapide et systématique de la victime par les assurances (vol de véhicules ou cambriolages).
En revanche, d'autres crimes ou délits sont sous-estimés car les victimes ne tiennent pas à dévoilerles faits, souvent par peur des représailles ou par pudeur (cas des violences sexuelles).
Ensuite, de nombreuses infractions ne sont pas répertoriées car le dommage est infime dans ce cas la victime a tendance à ne pas porter plainte compte tenu du faible rapport dommage/gains escomptés. Les principales infractions concernées sont les vols minimes, les dégradations, les insultes, voire lesmenaces. Certaines personnes ne relèvent pas les infractions dont elles ont été les victimes car elles n’ont plus confiance dans les autorités. Ce comportement fataliste est typique des habitants de certains quartiers qui, observant une impuissance des autorités à endiguer la délinquance, ne trouve plus aucun intérêt à dénoncer les faits commis sous leurs yeux.
Si certaines infractions ne font pasl'objet de plainte de la part de la victime, d'autre jugées peu importantes (tapage nocturne, dégradation), ne sont pas répertoriées de façon volontaire par des services de gendarmerie ou de police nationale. Conséquence : une sous-estimation des faits constatés. De même, certains actes pouvant théoriquement faire l'objet d'une plainte seront simplement mentionnés sur le registre de la « main...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les cités
  • Les cités etat
  • La culture des cités
  • La langue des cités
  • Les jeunes et les cités
  • cités jardins
  • Les cites grecs
  • Les cités romaines

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !