Libre-échange, protectionnisme ?

Pages: 18 (4434 mots) Publié le: 3 avril 2011
Face à la crise économique, étroitement liée à la « mondialisation libérale » c’est-à-dire au libre-échange généralisé des marchandises et des capitaux, le protectionnisme est devenu un élément de réponse incontournable. Encore reste-t-il à préciser le contenu de ce protectionnisme. Le protectionnisme, en effet, n’est pas, en soi, une politique de gauche. Il a même pu être l’outil degouvernements conservateurs, voire franchement réactionnaires dont l’objectif était de défendre leurs propres bourgeoisies et d’opposer les peuples entre eux, les détournant ainsi de la lutte sociale.

Tous ceux qui, à gauche, se réclament peu ou prou du protectionnisme sont d’accord pour affirmer qu’il doit être « juste ». Mais cela ne nous fait guère avancer si l’on ne donne pas une définition précise dece terme et si l’on ne considère pas comme « juste » un protectionnisme qui permettrait, à la fois, au pays du Sud (pays émergents inclus : Brésil, Inde, Russie, Chine…) de recentrer leurs économies sur les besoins de leur population et aux pays du Nord (Japon inclus) de ne plus subir de dumping social faisant pression sur leurs emplois, leurs salaires et leurs protections sociales.

C’est unequestion à laquelle il est indispensable de répondre si l’on veut apprécier correctement l’impact réel du libre-échange et, a contrario, les possibilités du protectionnisme.

Le chômage de masse

Il s’est installé avant que la mondialisation libérale ait pris de l’ampleur et ne peut donc être expliqué par le libre-échange généralisé. Cette explication est d’autant moins valable qu’entre 1997 et2001, 1 900 000 emplois (un record) ont été créés dans notre pays sans que le libre-échange ait diminué d’intensité par rapport aux années précédentes. Les lois sur les 35 heures, malgré ses concessions au Medef, était le fruit d’un rapport de forces imposés au capital. Elles avaient permis la création de 400 000 emplois supplémentaires. La création des 1 500 000 emplois restants tenait à deuxéléments : une hausse des salaires et un euro moins cher par rapport au dollar. Au total, une combinaison en parfaite contradiction avec les préceptes libéraux.

La baisse de la part salariale

Malgré les biais utilisés par le rapport Cotis (voir D&S 165) qui ne voit pas d’évolution de la part des salaires au cours des 20 dernières années (entre 1989 et 2009…), les statistiques de l’Unioneuropéenne (Commission européenne « Employment in Europe 2007 »), du FMI (« Spillovers and Cycles in the Global Economy » World Economic Outlook, Avril 2007) ou de l’OCDE (OCDE 2008 « Croissance et inégalités : Distribution des revenus et pauvreté dans les pays de l’OCDE »), ne laissent place à aucune ambiguïté : partout dans le monde, la part des salaires dans la richesse créée chaque année a diminuéd’environ 10 points. En France, selon ces mêmes statistiques, c’est entre 1982 et 1989 que cette la part des salaires à diminué de 10 points. Et cette part est restée à peu près stable depuis lors.

Cette diminution de la part salariale a donc eu lieu avant que la mondialisation libérale ait pris son essor et que la Chine ait conquis la place qu’elle occupe aujourd’hui. Avant que le phénomène desdélocalisations ait fait son apparition et que le mot lui-même ait acquis son sens actuel.

La baisse des salaires, en France, a été le fait de la politique salariale appliquée par Jacques Delors en 1983, confirmée par Pierre Bérégovoy en 1984 et par la Droite de Jacques Chirac en 1986. Elle a été la conséquence directe de la montée du chômage de masse qui changeait le rapport de forces au profit ducapital et du refus de la gauche au pouvoir de diminuer le temps de travail sans réduction de salaire (si ce n’est d’une heure en 1982) pour préserver la « compétitivité » de l’économie française.

C’est la preuve qu’il est possible de baisser considérablement les salaires sans l’aide du libre-échange et que, a contrario, le protectionnisme n’est pas une condition suffisante pour...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Libre echange ou protectionnisme ?
  • Libre échange et protectionnisme
  • libre échange et protectionnisme
  • Libre echange ou protectionnisme?
  • Protectionnisme et libre echange
  • Libre échange et protectionnisme
  • Protectionnisme et libre-échange sont-ils incompatible ?
  • Libre échange et protectionnisme

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !